PARTAGER

La crise qui secoue la Fédé­ration ivoirienne de football (Fif) depuis la non-qualification des Eléphants pour le Mondial 2018 prend une autre tournure.
Après avoir limogé le juriste maison Pierre Gondo, nous apprenons ce samedi, que Malick Tohé, précédemment vice-président de la Fif en charge du marketing, a été viré vendredi de la «Maison de verre» de Treichville par le «boss» des lieux, Augustin Sidy Diallo. Il lui serait reproché d’être de connivence avec les clubs qui exigent une Assemblée générale extraordinaire en vue de le révoquer.
Ce dernier, convoqué par le Comité exécutif de la Fif pour se faire entendre sur les faits qui lui sont reprochés, mais ne s’est pas présenté par deux fois comme l’indique une source fédérale. Malick Tohé est donc révoqué provisoirement du Comité exécutif de la Fif.
Rappelons que la mission de l’émissaire de la Fifa, Veron Mesengo-Omba, directeur régional zone Afrique et Caraïbes de la Division associations membres de la Fifa, a pris fin vendredi à Abidjan.
Pour ce dernier, sa mission n’avait pas pour but de venir régler la crise qui secoue le football ivoirien, mais dit être venu par échanger avec la fédération qui a soumis des projets à la Fifa.
«C’était un devoir pour moi après avoir rencontré le président de la Fif et le Comité exécutif. Après avoir entendu certains clubs, il est de mon devoir de communiquer le but de mon voyage ici en Côte d’Ivoire. J’ai eu une séance de travail avec la Fédération. Aussi, comme vous le savez, la Fifa a été saisie par certains clubs. C’était de mon devoir de venir écouter les parties et après rendre compte au président de la Fifa. Il n’y a pas de conflit en côte d’Ivoire. Je ne viens pas ici pour régler un conflit en faveur de quelqu’un. Il faut que nous soyons clair là-dessus.»
Avec Koaci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here