PARTAGER

Me Aïssata Tall a déploré qu’on ait créé à tort ou à raison, la confusion dans l’esprit de l’opinion à propos du mouvement «Initiative 2017». Elle a donc saisi l’occasion pour apporter les clarifications nécessaires sur ce mouvement créé par Khalifa Sall, Cheikh Bamba Dièye, Moussa Tine, Moussa Sy et elle-même. «On était 5, pas plus que cela», précise-t-elle, avant de poursuivre : «Nous avons réfléchi et mis en place une plateforme qui nous permettait en tant qu’acteurs du jeu politique, d’aller aux élections législatives. Entre temps, Khalifa Sall s’est malheureusement retrouvé en prison.» Entre temps elle-même a perdu sa mère et elle soutient que «c’est pendant que je vivais ce moment de deuil que j’ai appris que ces gens, qui étaient avec nous pour cette Initiative 2017, ainsi que d’autres camarades, sont partis lancer cette initiative 2017, pour en faire, non seulement un mouvement de soutien à Khalifa Sall et qu’en plus, il va aller avec Manko».
Pendant tout le temps qu’ont duré les discussions, Me Sall rappelle qu’il n’a jamais était question de rejoindre Manko. «J’ai assisté à tous les débats, certains ont même eu lieu chez moi. Ils m’entendent tous, Moussa Tine, Moussa Sy, Cheikh Bamba Dièye. Ils ont tout faux. Je ne triche pas.» D’ailleurs, elle se souvient qu’à l’époque, Manko n’était même pas encore créé. Parlant directement de Khalifa Sall, la présidente du mouvement Osez l’avenir va déclarer : «Il m’écoute et m’entend, notre Initiative 2017 n’a jamais été un mouvement de soutien, même si je suis d’accord qu’on doit le soutenir. Moi j’ai fait plus que de le soutenir, je le défends.»
Et à ceux  qui trouvent que madame Sall s’est démarquée de Manko, elle souligne que cela n’a jamais été le cas, puisqu’elle ne s’est «jamais marqué» dans Manko. «Je n’ai jamais été avec Manko, je n’ai jamais discuté avec Manko. Nous n’étions que 5 responsables politiques et on a été loin, très loin de cette vision. Au contraire, on était partis pour assumer ce que nous sommes, c’est-à-dire une initiative 2017, qui partirait à la conquête des suffrages des Sénégalais», reprécise-t-elle.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here