PARTAGER

Le ministre de l’Education nationale est invité par les professeurs du lycée Limamoulaye de Guédiawaye à revoir sa copie. Menaçant de ne plus participer au Concours général, ils contestent le classement des établissements scolaires fait par Serigne Mbaye Thiam.

Le Collectif des professeurs du lycée Seydina Limamoulaye n’approuve pas le classement des établissements scolaires fait par le ministre de l’Education nationale à l’issue du Concours général de cette année. Hier, ce regroupement d’enseignants de ce grand lycée de la banlieue dakaroise a fait face à la presse pour échanger sur les résultats du Concours général 2018 qui classe, selon «tous les critères», le lycée Limamoulaye 1er établissement du Sénégal.
L’enseignant Lamane Mbaye, parlant au nom de ses collègues, constate que «le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a fait une sortie à Diourbel faisant du Lycée d’excellence le 1er établissement et de Diary Sow la meilleure élève. Et ce, en contradiction totale avec ses arrêtés pris avant et après l’organisation du Con­cours général. Et pourtant, ces arrêtés en l’article 17 modifié disposent : ‘’Compte tenu de l’hétérogénéité de la situation des établissements, il n’est procédé à aucun classement ‘’», soutient M. Mbaye. Ce dernier pense que la manière avec laquelle procède le ministre de l’Education nationale, en cherchant toujours à écraser le lycée Limamoulaye, a violé ses propres arrêtés qui visent en réalité à éliminer leur «lycée du podium». «Le premier type est constitué par les écoles du ministre : Prytanée militaire, Maison d’éducation Mariama Ba et le Lycée d’excellence en attestent ses nombreuses visites dans ces établissements. Ces écoles d’élite dans lesquelles les élèves sont sélectionnés rigoureusement à bas âge, logés et nourris, ne devaient même pas participer au concours», clame M. Mbaye.
Pour le deuxième type qui porte sur les écoles du bas Peuple où les effectifs et les conditions de travail dépassent l’entendement, le conférencier du jour pense qu’elles sont indésirables au Concours général. Selon lui, «ces établissements, parmi lesquels le lycée Seydina Limamoulaye, malgré les conditions difficiles et les grèves répétitives, restent au peloton de l’excellence, au-delà même du Concours général. Au regard des résultats du Concours général, peut-on comparer un établissement qui se retrouve avec 20 distinctions dont 4 (1er prix), 3 (2e prix), 5 (1er accessit) et 3 (2e accessit) à un autre qui se retrouve avec 16 distinctions ?», s’interroge M. Mbaye. Qui renseigne que pour le Baccalauréat 2018, «le lycée s’est fait encore distinguer avec 1 079 bacheliers et 171 mentions dont une Très-bien, 31 Bien et 139 Assez-bien. Et Amadou Niane aurait dû être classé meilleur élève en classe de Terminale avec 2 distinctions au Concours général et la mention Très-bien au Bac en S3». Des résultats qui ont fait réagir la grande salle du lycée. Les élèves, parents d’élèves ainsi que des syndicats qui ont pris part à cette rencontre ont sévèrement condamné le comportement du ministre de l’Education. Sur ce, les professeurs du lycée interpellent leur ministre de tutelle. Mieux, ils ont invité le chef de l’Etat à revoir ces décisions «arbitraires» de la part du ministre de l’Education nationale qui n’honorent pas le secteur éducatif, «parce qu’il fait du favoritisme et nous le savons très bien. Il faut qu’il arrête», concluent-ils.

latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here