PARTAGER

La Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie s’est réjouie hier, à la clôture du XIVe Som­met de son organisation à Anta­nanarivo, à Madagascar, de ce que cette rencontre a, selon ses propres mots, «été l’occasion de mettre en lumière l’engagement citoyen, la créativité économique, le dynamisme et la vitalité de la jeunesse francophone. Le Sommet de Mada­gascar réaf­­firme la pertinence et la place centrale qu’occupe notre organisation sur la scène internationale et donne une impulsion à la puissante force de proposition et d’action de la Francophonie».

La réussite du Sommet d’Antananarivo a été notée d’abord par la participation. Les chiffres de l’Oif sont en eux-mêmes suffisamment parlants : «Plus de 6 500 participants, dont 20 chefs d’Etats et de gouvernement et près de 2 500 délégués ont pris part à ce grand rendez-vous, soulignant la place de Madagascar au sein de la communauté des nations. Plusieurs représentants d’organisations partenaires comme l’Onu (Conseil de sécurité et Département des opérations de maintien de la paix, Onu Femmes), l’Union européenne, l’Union africaine et la Banque africaine de développement ont également participé au Sommet.»
De plus, le Sommet a donné l’occasion aux dirigeants et aux chefs de gouvernement présents, de traiter des principaux enjeux politiques, diplomatiques, économiques, sociaux et sécuritaires qui ont un impact sur l’espace francophone, ainsi que des actions menées pour y faire face. S’agissant des questions de sécurité, Mme Michaelle Jean a indiqué, selon la déclaration finale, la «volonté ferme de mise en commun des effectifs pour la protection des populations et des territoires, ainsi que dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation».
Le Sommet de la Franco­phonie à Madagascar a par ailleurs, vu l’infléchissement éco­nomique de l’organisation se renforcer, avec l’accent mis  sur le soutien à l’entreprenariat et à la création d’emplois.
Les dirigeants de l’Organi­sation francophone se sont donné rendez-vous en 2018 en Arménie, avant de revenir en Afrique en 2020, avec un Som­met à Tunis, une occasion de rendre hommage à l’un des pères fondateurs de la Francophonie, le Tunisien Bourguiba, lors du 50ème anniversaire de cette organisation.
mgueye@lequotidien.sn

L’entrée au sein de l’Oif de quatre nouveaux membres. Les chefs d’Etat et de gouvernement ont approuvé les demandes d’adhésion de la République de Corée, de la République argentine ainsi que celles des gouvernements de l’Ontario et de la Nouvelle Calédonie, portant ainsi à 84 le nombre d’Etats et gouvernements membres. Ils ont également confirmé la tenue du prochain Sommet de la Franco­phonie en Arménie en 2018, et en Tunisie en 2020 pour le 50e anniversaire de la Francophonie, dont Habib Bourguiba est l’un des pères fondateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here