PARTAGER

La Cnts/Fc s’engage à encadrer les luttes enclenchées dans les secteurs du pétrole avec le dépôt de leur préavis de grève à Dakar-Bamako-ferroviaire (Dbf), dans l’éducation et dans tous les secteurs affiliés pour que les résultats déjà obtenus dans la rectification des mauvaises politiques de privatisation soient consolidés. Face à la presse mercredi, le secrétaire général de ladite centrale syndicale, Cheikh Diop, a noté un manque d’avancées notoires dans la satisfaction des revendications syndicales dans la presque totalité des secteurs, public comme privé. Il estime que le bilan de l’année 2017 est mitigé et marqué par le statu quo de la crise scolaire, le non démarrage des concertations de l’étude du système de rémunération des agents de la fonction publique, l‘attente de l’application de la mise en place des agents de la fonction publique locale…
La rectification des mauvaises politiques de privatisation qui étaient appliquées à la Société africaine de raffinage (Sar), la Sonacos, Transrail, les Ics et Air Sénégal international ne sont toujours pas relancées au terme d’une période de transition décevante. Les salariés n’ont toujours pas connu une augmentation depuis 2009 et la demande d’extension de la protection sociale des travailleurs de l’économie informelle reste insatisfaite à côté de l’accélération de la précarité de l’emploi. La fermeture des entreprises et la situation des travailleurs inquiètent le syndicaliste.
Cheikh Diop invite l’Etat à protéger la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) qui a 70 mille tonnes d’invendus et est menacée de fermer ses portes à cause de l’importation. Il souligne que plus de «1 099 pertes d’emplois et 212 licenciements ont été enregistrés en 2017 suite à des fermetures d’établissements». La violation des droits des syndicaux est toujours de mise, d’après M. Diop. Qui note que «le responsable du Syndicat démocratique des travailleurs de la santé et du secteur social, Cheikh Seck, agent de l’Hoggy, est mis en quarantaine et privé de salaires depuis 4 ans par la directrice de l’établissement sanitaire». Ainsi, la Cnts/Fc demande aux autorités de mettre un terme à cette «injustice» sur les «iniquités avérées» du mauvais traitement des agents et les «violations flagrantes des droits et libertés des travailleurs et de leurs organisations».
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here