PARTAGER

La coalition Ndawi askan wi/Alternative du peuple, regroupée sous la bannière Pencum nawle, prône une nouvelle Assemblée nationale. Composée de Pastef de Ousmane Sonko qui en est la tête de liste, de Yoonu askan wi du Mrds de Imam Mbaye Niang, du Ppas ou encore du Rnd, se pose comme «le choix de la refondation des institutions démocratiques contre la continuité du présidentialisme autocratique». Dans un communiqué, elle se dit «ouverte à la société civile» de par «l’adhésion active de mouvements ou d’organisations nationalistes, patriotiques et panafricanistes tels que Taxaw temm, Coalition citoyenne pour le changement, Ands/Burabe, Diaspora dooleey Senegaal et Diaspora siin weti». Ousmane Sonko et ses alliés entendent donc prendre part aux élections législatives du 30 juillet en se conformant «au principe selon lequel le dirigeant n’est que le primus inter pares, choisi comme premier responsable parmi des femmes et des hommes libres et égaux pour piloter le navire de leurs espérances communes, ou dans le cas d’espèce, parler et agir au nom des larges masses, incarner au sein du Parlement leurs préoccupations et aspirations légitimes». A ce titre, elle propose «aux Sénégalaises et Sénégalais un contrat de législature et une charte du député, déjà mis à la disposition de diverses autres coalitions» qui «constituent le référentiel programmatique et éthique devant guider l’action des parlementaires issus des rangs de notre coalition, en même temps que les critères sur la base desquels ils seront évalués  au cours et au terme de leur mandat».

bdavid@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here