PARTAGER

Reporter les élections locales au lendemain du décès de Ousmane Tanor Dieng. Le Pds dénonce la «forfaiture» et le «manque notoire de décence et d’élégance» de Macky Sall avec la «complicité de partis qui n’ont pour la plupart aucune légitimité politique».

Le report de la date des locales sine die découle d’un «consensus fort» entre les acteurs présents au dialogue politique. Mais le Parti démocratique sénégalais (Pds), qui a boycotté ces concertations, voit la main du Président Macky Sall derrière cette décision entérinée par le Général Mamadou Niang, président de la Commission cellulaire sur le dialogue politique. Dans un communiqué publié hier, Me Abdoulaye Wade dit être «farouchement opposé» à ce 2ème report qui n’est sous-tendu par «aucun argumentaire recevable». Le Secrétaire général du Pds d’ajouter : «Il semble évident que Macky Sall et ses alliés cherchent par ce biais à échapper au désaveu dont ils feront l’objet à l’occasion de ce scrutin.»

Wade dénonce «la complicité de partis politiques qui n’ont aucune légitimité»
De plus, le patron des Libéraux reproche au président de la République le contexte dans lequel cette décision a été prise. «Cette décision est d’autant plus regrettable qu’elle intervient au moment où le Sénégal est endeuillé par la perte du Secrétaire général du Parti socialiste, M. Ousmane Tanor Dieng», a dit Me Wade. Qui n’épargne pas d’ailleurs ses alliés de l’opposition qui ont pris part au dialogue politique. «En agissant ainsi, Macky Sall donne, une fois de plus, la mesure de son manque notoire de décence et d’élégance, et espère dissimuler ses basses manœuvres pour imposer une décision aussi importante sur la vie de nos collectivités locales avec la complicité de représentants de partis politiques qui n’ont pour la plupart aucune légitimité politique», dénonce Me Wade.
Le Pds tient «solennellement» à mettre en garde le chef de l’Etat contre les conséquences de cette «nouvelle forfaiture». Me Abdoulaye Wade et ses «frères» prennent Macky Sall comme «unique responsable» des répercussions de cette décision «arbitraire dont la seule motivation est d’éviter d’essuyer le mécontentement des Sénégalais à l’égard de sa politique marquée par une succession de scandales et la hausse généralisée des prix». Les Libéraux appellent toutes les forces vives du Sénégal, à «rejeter catégoriquement cette nouvelle violation du calendrier électoral et à s’engager dans cette nouvelle bataille pour le respect de notre droit à choisir librement des représentants qui agiront dans l’intérêt premier des collectivités locales et des populations».
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here