PARTAGER

Pour améliorer le processus de collecte de données statistiques agricoles, notamment dans la filière coton, la Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal (Cnaas) a apporté un appui en matériel d’une valeur de 200 millions de francs Cfa à la Dapsa et à la Sodefitex.

La Compagnie nationale d’assurance agricole du Sénégal a décidé d’appuyer les fournisseurs de données statistiques agricoles. En ce sens, la Cnaas a jeté son dévolu sur la Direction de l’analyse, de la prévision et des statistiques agricoles (Dapsa) et la Société de développement et des fibres textiles du Sénégal (Sodefitex) pour leur offrir des lots d’équipements. Le but visé à travers cette remise de matériels composés de smartphones, de tablettes, d’une imprimante, ainsi que d’accessoires informatiques, d’une valeur d’environ 200 millions de francs Cfa, est d’améliorer le processus de collecte de données statistiques agricoles.
Car, explique Moustapha Fall, Directeur général de la Cnaas, «l’assurance est une discipline dont la manière première est la statistique agricole». «Vous comprendrez ainsi, l’intérêt de la Cnaas de mettre à la disposition de la Dapsa, 60 smartphones équipés de chargeurs solaires permettant à ses agents de pouvoir bien faire leur travail de collecte de statistiques agricoles, puisque pour faire la tarification de nos produits, nous avons besoin de certaines données statistiques notamment, les rendements, les comptes d’exploitation et nous comptons sur la Dapsa pour avoir ces statistiques en vue de pouvoir concevoir et élaborer nos produits», a indiqué M. Fall.
Depuis 2012, la Dapsa, selon son patron, a décidé de digitaliser tout son processus de collecte de données. Par conséquent, se réjouit Dr Ibrahima Mendy, ces smartphones vont permettre aux enquêteurs de ce département du ministère de l’Agri­culture et de l’équipement rural de collecter et d’envoyer les données en temps réel via leur centre de ressources. «Cela nous fait gagner du temps et permet d’avoir des données fiables», se félicite l’enquêteur en chef de la Dapsa.
L’autre partenaire de la Cnaas, la Sodefitex, qui a bénéficié de 60 tablettes, ne dit pas le contraire. Ce lot de matériels, soutient le directeur des ressources humaines, «est essentiel dans le travail que la société a entamé à côté de la Cnaas, qui est un partenaire privilégié de la filière coton au Sénégal». Pape Phata Ndiaye précise que «dans l’agriculture pluviale, la contrainte première, demeure la pluviométrie. Et la Cnaas accompagne la Sodefitex à couvrir les risques liés à la pluviométrie. Ce qui est un atout de taille». A preuve, souligne le Drh, «l’année dernière, tous les cotonculteurs ont été totalement assurés. Et on espère que cela va faire revenir les producteurs à la culture du coton, parce que cela permet de maitriser le risque le plus important».
Avec ce soutien de la Cnaas, la Sodefitex espère aussi, pouvoir faire avancer la filière coton et permettre aux producteurs de rentabiliser leurs productions et de gagner de l’argent dans l’intérêt du développement de l’agriculture sénégalaise.
Cette initiative de la Cnaas s’inscrit dans le cadre d’un projet relatif à la résilience de la filière coton au Sénégal financé par la Banque ouest-africaine de développement (Boad) à hauteur de 2 milliards de francs Cfa. Ce projet vise surtout, à promouvoir l’assurance indiciaire, qui est un mécanisme de couverture des risques agricoles. L’objectif de cette approche, renseigne-t-on, est de rassurer les institutions de microfinance pour qu’elles acceptent d’accorder des crédits de campagne aux paysans, pour que ces derniers puissent continuer à investir et accroître leur production.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here