PARTAGER

Dans le programme de la 9e édition du Gorée diaspora festival, prévue du 22 au 24 novembre 2019, il est prévu un colloque. Le président du Comité scientifique, Doudou Dia, revient sur cette rencontre qui devrait fournir aux intellectuels et chercheurs un espace de réflexion et d’échange.

«L‘île de Gorée, une histoire, une mémoire plurielle : de l’impératif d’une vision partagée» : c’est le thème du colloque organisé pour les besoins de la 9e édition du Gorée diaspora festival (Gdf), prévue du 22 au 24 novembre 2019 dans l’île mémoire. Le Comité scientifique, dirigé par Doudou Dia, directeur du Gorée institute, est à pied d’œuvre pour la tenue de cette rencontre prévue le samedi 23 novembre. Selon M. Dia, la commune de Gorée et ses partenaires s’inscrivent dans la continuité de leur engagement «à travailler à la valorisation et à la revitalisation de la mémoire de Gorée en tant que patrimoine mondial de l’humanité».
Pour l’édition 2019 du Gorée diaspora festival, ce colloque, au-delà de la thématique centrale, se focalisera d’une part sur l’île en tant que porte de la mémoire et de la réconciliation, et d’autre part Gorée, une mémoire plurielle, voix divergentes et porte du retour à un nouvel humanisme. Pour le directeur du Gorée institute, «il s’agit, à travers ce colloque, de mettre l‘accent sur le meilleur profit qui peut être tiré de la valeur universelle de Gorée dans le cadre de la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel au service de l’humanité pour accélérer les transformations positives de la société particulièrement de sa communauté ainsi que les questions transversales liées à la valorisation du patrimoine culturel en matière de gestion et de protection». «Après tout, la Maison des Esclaves de Gorée est une ouverture de ce haut lieu de mémoire à cette double vocation du souvenir et de la résilience», poursuit-il.

«Fournir aux intellectuels, chercheurs un espace de réflexion et d’échange»
L’objectif du colloque, précise notre interlocuteur, «est de fournir aux intellectuels, acti­vistes, chercheurs, à la diaspora africaine et tout citoyen s’intéressant à la sauvegarde de Gorée et de la mémoire collective un espace de réflexion et d’échange afin de créer les synergies nécessaires pour une vision partagée d’une histoire et d’une mémoire plurielle au service de l’humain». Notons que le colloque se déroulera sous forme de panel avec l’introduction de la thématique générale par le modérateur ! A la suite, deux experts universitaires de renom traiteront des thèmes «Gorée, la porte de la mémoire et de la réconciliation» et «Gorée, une mémoire plurielle, voix divergentes et porte du retour à un nouvel humanisme».
ambodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here