PARTAGER

Depuis la fin du dernier Groupe consultatif de Paris en février de l’année dernière, Macky Sall ne cache plus sa préoccupation devant les lenteurs dans la mise en œuvre de son Plan Sénégal émergent, lenteurs dues pour une bonne part à des lourdeurs de l’Administration publique. Il a été démontré que pour beaucoup, les bons résultats obtenus jusque-là par ce fameux plan de développement qui doit régir les programmes du Sénégal jusqu’en 2035, les Sénégalais semblent encore insatisfaits de la qualité du service public et considèrent l’Adminis­tration publique comme inefficace, inefficiente, inaccessible et cloisonnée.
Suite à l’appel du chef de l’Etat à réformer l’Administration centrale, l’Association sénégalaise des anciens élèves et auditeurs de l’Ena de France (Asena) organise, en partenariat avec l’Ecole nationale d’administration du Sénégal, un colloque international sur le thème «La réforme de l’Administration publique face aux défis de l’émergence au Sénégal». Ce sera ce jeudi à Dakar.
Ce sera l’occasion de passer notamment en revue ce qui a été fait à ce jour en termes de réformes. On sait par exemple que les pouvoirs publics ont multiplié au cours de ces dernières années des initiatives comme la création de guichets uniques, le recours à l’agence pour plus de flexibilité, l’institution d’organes de régulation indépendants, la mise en place de maisons de justice pour se rapprocher des populations et désengorger les cours et tribunaux, le renforcement des effectifs et des moyens matériels de l’Administration publique et le recours au contrat de performance. Ces nombreuses initiatives ont toutes eu pour ambition de rapprocher l’Etat des citoyens et de promouvoir un service public de qualité, mais elles peinent encore à produire tous les effets escomptés. Le colloque que l’Asena organise ce jeudi offrira l’opportunité de réfléchir à cette réforme de l’Adminis­tration publique qui se pose avec acuité au Sénégal dans un contexte de contrainte budgétaire accrue. Il permettra à la structure dirigée par M. Yoro Dia et à ses organisations partenaires d’apporter leur contribution au débat sur la question fondamentale du rôle de l’Etat dans la conduite de l’émergence économique du Sénégal et dans les autres pays africains participants.
Il va ainsi, selon les termes de référence, «contribuer à alimenter la réflexion sur les voies et moyens par lesquels l’Etat sénégalais pourrait assumer pleinement son rôle dans l’impulsion d’une dynamique de croissance forte et soutenue ayant un impact sur le développement humain, conformément aux finalités du Plan Sénégal émergent». D’ailleurs, pour montrer l’importance qu’il attache à ce colloque et à ses résultats, il se disait hier qu’il se pourrait que la cérémonie officielle soit présidée par le chef de l’Etat Macky Sall en personne.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here