PARTAGER

L’Initiative prospective agricole et rurale (Ipar), en partenariat avec le Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr), l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), organise un colloque international sur «L’avenir des exploitations familiales en Afrique de l’Ouest» les 27, 28 et 29 novembre 2018, à Dakar. A cette occasion, le mouvement paysan ouest africain entend rendre hommage à feu Dr Jacques Faye, ancien directeur de l’Isra et fondateur du think tank Ipar.
En effet, explique le coordonnateur de la cellule d’appui technique du Cncr, «s’il y a un mouvement paysan qu’on peut qualifier de fort au Sénégal, c’est grâce à feu Jacques Faye. Ce dernier était un véritable humaniste, un militant du monde rural sénégalais. Il a été le premier sociologue sénégalais qui a fait prendre conscience aux paysans sénégalais qu’ils avaient un métier comme tous les autres acteurs du Sénégal». Mieux, ajoute Marius Dia, «feu Jacques Faye a été le premier à dire que nous sommes dans les exploitations familiales, à expliquer ce que c’est une exploitation familiale, ce qui la compose et comment on pouvait mieux la défendre face à une agriculture qu’on appelle de plus en plus agrobusiness. Il a été le premier à nous faire prendre cette conscience et à nous donner des éléments pour défendre cette agriculture paysanne qui occupe plus de 90% des exploitations au Sénégal et qui produit plus de 90% de ce que nous consommons au Sénégal. Aujourd’hui, beaucoup d’organisations paysannes étrangères viennent s’inspirer du modèle sénégalais, grâce à Jacques. Il a su insuffler au mouvement paysan sénégalais un élan qu’il est en train de diffuser partout dans le mon­de».
Cette conférence internationale s’inscrit dans le cadre de la célébration des dix ans de l’Ipar. Ainsi, indique Dr Cheikh Oumar Ba, directeur exécutif de l’Ipar, le mouvement paysan réfléchira durant ces trois jours sur l’avenir des exploitations familiales africaines. Divers thèmes dont «Les dynamiques foncières en Afrique de l’Ouest», seront adressés au cours de cette rencontre. «Nous allons revisiter les politiques foncières en Afrique de l’Ouest afin que le Sénégal puisse s’en inspirer…», précisent Dr Ba et ses collaborateurs qui faisaient face à la presse hier dans les locaux de l’Ipar.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here