PARTAGER
L’ambassadeur Oumar Seck, directeur du Comiac.

L’Organisation de la coopération islamique (Oci) associe les médias dans la lutte contre l’islamophobie. Par conséquent, un prix international a été créé pour les journalistes dont les articles font la promotion de l’islam.

Le double attentat perpétré en Egypte ce week-end dans des églises, occasionnant près d’une quarantaine de morts, va sans doute redonner du grain à moudre à certains pour jeter l’opprobre sur l’islam. Une image stéréotypée que l’Organisation de la coopération islamique (Oci) entend combattre à travers l’instauration d’un prix international primant les journalistes produisant des reportages en faveur de la promotion de l’islam. Lancé hier à Dakar par le Comité permanent de l’Oci pour l’information et les affaires culturelles (Comiac), ce prix s’adresse à tous les journalistes issus des pays membres de l’Oci. «Notre religion est agressée de toute part. Vous avez les terroristes et les bombes qui éclatent un peu partout. On met tout sur le dos de l’islam qui est une religion de tolérance et de brassage culturel», a justifié l’ambassadeur Oumar Seck, directeur du Comiac.
L’institution d’un prix international s’inscrit en droite ligne avec la décision de l’Oci de mettre en place une stratégie globale en vue de promouvoir de façon efficace et cohérente les vraies valeurs de l’islam et par la même occasion corriger l’étiquette négative que l’on colle souvent à l’islam et aux musulmans. «Face à tous ces défis, notamment la question de l’islamophobie exacerbée par des campagnes de dénigrement auxquelles se livrent certains médias étrangers et surtout occidentaux, nous pouvons dire que ce prix pour les médias vient à son heure», estime Birane Niang, secrétaire général du ministère de de la Culture et de la communication. L’article du journaliste primé devra permettre, entre autres, de faire connaître l’Oci, ses institutions et ses organes, susciter la créativité des acteurs du monde médiatique des Etats membres de l’Oci, raffermir les liens entre les pays membres de l’Oci, impliquer les médias dans la lutte contre l’islamophobie et l’intolérance, montrer le véritable visage de l’islam comme religion de paix et de tolérance, contribuer à l’instauration de la paix et de la sécurité internationale, de l’entente et le dialogue entre les civilisations, les cultures et les religions.
Pour l’instant, Oumar Seck se garde de livrer la nature du prix. Cependant, l’ancien directeur de la Télévision nationale assure que ce sera une «importante» somme d’argent. «C’est à Macky Sall, en tant que président du Comiac et qui a instauré ce prix, que reviendra la charge de déterminer le montant qui sera versé au gagnant. Ce sera avec la contribution des Etats membres de l’Oci qui sont très puissants. On va lui faire des propositions en ce sens», décline M. Seck.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here