PARTAGER

A Daaray Sembène la célébration de la mémoire de Sembène Ousmane se fait le 9 juin. Mais en cette 10e année de sa disparition, la Cacsen, Gallé Ceddo Project, la Direction du livre, la Direction de la cinématographie et l’Association sénégalaise de la critique cinématographique ont décidé de se joindre à Hadja Maï Niang, la directrice de Daaray Sembène, pour célébrer de façon indélébile la mémoire de Sembène. Différentes activités sont retenues pour cette commémoration qui débute à compter de ce mois d’avril pour s’étendre jusqu’au mois de décembre 2017. Parmi ces activités, on note entre autres les projections des films de Sembène Ousmane suivies de débats un peu partout dans les quartiers, les centres culturels et universités… «C’est dans le but permettre au monde populaire de mieux s’imprégner de l’œuvre littéraire et cinématographique de Sembène. La devise de Sembène a toujours été d’être près des populations. Aussi nous ne voulons pas que cette commémoration soit seulement faite dans des espaces scientifiques avec des colloques et des fora à n’en plus finir. Nous voulons faire en sorte qu’avec cette commémoration, le Peuple sente l’idéologie de Sembène Ousmane pour s’en servir», soutient l’héritière spirituelle de Ousmane Sembène et directrice de Daaray Sembène, Hadja Maï Niang.
A côté de sa dimension populaire, la commémoration va aussi abriter dans sa dimension scientifique, des panels et un colloque international au mois de novembre. Mais avant cela, le 9 juin précisément, il est  prévu comme à l’accoutumée une célébration à Daaray Sembène à Thiès. Sembène Ousmane, natif de Ziguinchor, c’est donc tout naturellement que les initiateurs de cette commémoration ont pensé organiser une caravane dans cette région et répondre en même temps à l’invitation des étudiants de l’université de Ziguinchor qui comptent ériger un musée à la mémoire de Sembène Ousmane.
La commémoration va en outre revêtir une dimension in­ter­na­tionale avec la présence du pays invité d’honneur, Burkina Faso, d’Américains, de Français et surtout des Africains.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here