PARTAGER

Le ministre de la Culture et de la communication a présidé hier, à Thiès, la 10e édition de la commémoration de la mort de Sembène Ousmane, organisée par la Communauté africaine de culture/­Section sénégalaise (Cacsen) et Daaray Sembène en partenariat avec Gallé Ceddo projects, West africain research center (Warc) et d’autres partenaires.

A l’ouverture hier à la Cité du Rail de la 10e édition de la commémoration de la mort de Sembène Ousmane qui va se poursuivre tout au long de l’année 2017, le ministre de la Culture et de la communication, Mbagnick Ndiaye, a rendu un vibrant hommage au père du cinéma sénégalais. Et pour le ministre, l’œuvre et le legs de l’auteur de Guéléwar doivent être perpétués au profit des générations futures. «Ousmane Sembène vit encore parmi nous grâce à son œuvre et à son génie créateur incommensurable. Il est entré dans l’immortalité par la qualité et la quantité de livres et films qu’il nous a laissés, et qui transcendent notre cadre spécial et temporel. Créer, disait Sembène Ousmane : c’est participer à l’évolution de la masse (…)», témoigne Mbagnick qui soutient qu’avec «la disparition physique de Sembène, c’est une voie écoutée et respectée du cinéma et de la littérature qui était éteinte. Mais j’ose croire que les valeurs qu’il a incarnées, ces messages délivrés gardent toujours toutes leurs résonnances et leurs actualités auprès des générations futures».
Selon le ministre de la Culture, «il faut penser à rééditer les œuvres de Sembène afin que la jeune génération puisse en bénéficier». «Sembène porte haut l’étendard de la culture voire du cinéma africain. Nous lui serons toujours reconnaissants. L’Etat du Sénégal prendra tous les engagements pour accompagner les organisations qui perpétuent l’œuvre et la pensée de Sembène Ousmane», promet-il. Non sans lancer des flèches à la directrice de Daaray Sembène, Hadja Maï Niang. «Malgré les lourdes pierres que vous nous lancez, je serai toujours à vos côtés pour vous accompagner. Je sais esquiver les pierres, c’est pourquoi je suis venu aujourd’hui. Parce que ce matin aussi en me réveillant, j’ai entendu dire que le ministre vienne ou ne vienne pas, la manifestation aura lieu. Ces radios qui disaient cela, je suis là pour vous apporter tout le soutien du ministère», a-t-il dit.
S’agissant des projets pour perpétuer l’œuvre de Sembène, le ministre n’a pas voulu prendre d’engagements. «Refusant encore de recevoir d’autres lourdes pierres que vous (Ndlr, Hadja Maï Niang) nous jetez, nous allons essayer de faire en sorte que ce que nous pouvons faire nous le ferons. Mais il ne nous appartient pas de tout faire. Il nous appartient de vous accompagner. Mais ne dites pas que j’ai pris l’engagement de tout faire. J’ai pris l’engagement de vous accompagner pour que nous puissions réaliser les quelques projets que vous avez», a réagi Mbagnick Ndiaye. Le ministre de la Culture ajoute : «Rapprochez-vous simplement du Service régional de la culture qui va vous appuyer et vous accompagner parce que dirigé par une femme battante comme vous, mais moins agressive que vous.» M. Ndiaye termine toutefois son intervention en félicitant «la brave et généreuse fille d’adoption de Sembène Hadja Maï Niang pour tous les efforts consenties en faveur de la vulgarisation et de la pérennisation de la pensée et de l’œuvre de Sembène Ousmane».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here