PARTAGER
Aymé­rou Gningue, président du groupe parlementaire Bby.


Le bureau de l’Assemblée nationale a examiné hier la proposition du député Djibril War sur la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire dans l’affaire de détournement présumé de 94 milliards par Mamour Diallo. Saisie, la Conférence des présidents a filé le dossier soulevé par le député Ousmane Sonko aux deux commissions compétentes. Par conséquent, la Commission de l’économie générale, des finances et du plan, présidée par Dieh Mandiaye Ba, et la Commission des lois, du travail et de la décentralisation, dirigée par Seydou Diouf, seront chargées de constituer la commission d’enquête parlementaire. «C’est à ce niveau que le dossier sera examiné pour la constitution de la commission qui va être composée de 9 membres. Il s’agit d’un membre du groupe Liberté et démocratie, un pour les non-inscrits et 7 pour Benno bokk yaakaar», a rapporté le président du groupe parlementaire Benno bokk yaakaar, joint hier en début de soirée.
Si Ousmane Sonko a prévenu qu’il ne répondrait pas à l’Assemblée nationale, Aymé­rou Gningue précise que cette procédure ne tient pas compte des agendas politiques. «Il est d’ailleurs fort probable que les premières auditions se fassent après l’élection présidentielle, donc certainement au mois de mars», informe le député-maire de Mérina Dakhar. Interpellé sur les 5 requêtes de mise en place de commissions d’enquête parlementaire an­noncées par le groupe Liber­té et démocratie, Aymé­rou Gnin­gue fait savoir que l’Assemblée nationale «ne les a pas reçues». «Il est facile de parler dans les médias alors que vous n’avez rien fait», dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here