PARTAGER

Oumou Awa Bâ, la trentaine dépassée et sinistrée des inondations survenues à Kahène, n’en croit pas ses yeux. Trouvée au milieu des siens, la mine radieuse, Mme Bâ a le sourire tout le temps scotché aux lèvres. Les réalisations offertes par le ministère de la Jeunesse dont elle est bénéficiaire, sont passées par là. Elle a bénéficié d’un bâtiment flambant neuf. Ayant été sinistrée lors des inondations qui ont abîmé le village de Kahène, Oumou Awa Bâ dit ne pas en croire ses yeux quand elle a vu les volontaires envahir sa maison pour lui construire un nouveau bâtiment. «Je suis aujourd’hui toute comblée car même avant les inondations, je n’avais pas ce bâtiment construit en dur», déclare Mme Bâ. «Aujourd’hui, c’est une épine ôtée de nos pieds quand l’on sait que nous avons dormi plusieurs jours à la belle étoile», renseigne-t-elle.
Pointant du doigt le hangar sous lequel elle et ses enfants dormaient durant la crise, elle dit remercier le Ciel du moment qu’aujourd’hui, elle a un bon bâtiment, mieux que ses cases emportées par les eaux et cela, sans bourse délier. «Nous étions très fatigués et ne savions pas à quel saint nous vouer. Quand il nous a été raconté qu’une équipe du ministère sera là pour nous aider, il a fallu voir avec les yeux pour croire», martèle la bonne dame.
Visiblement très émue, elle n’a pas manqué de plaider la cause de ses consœurs de la localité et celles environnantes qui jusque-là, peinent à s’émanciper. «Dans ce patelin, déplore Oumou Awa Bâ, trouver un moulin à mil est presque impossible. L’électricité est pour nous, une chimère et c’est d’ailleurs pourquoi, nous ne pouvons pas développer certaines activités génératrices de revenus dans la commune.» «Nous appelons à une aide et à un accompagnement pour sortir Kahène de l’ornière», exhorte Oumou Awa Bâ. «Si tous les autres ministères faisaient comme celui de la Jeunesse, notre localité aurait pris son envol», lâche Mme Ba.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here