PARTAGER

A Rufisque-Est, la majeure partie des maisons sont sans titre de propriété, révèle une enquête portant sur le recensement, la caractérisation et le type de propriété et d’usage du foncier bâti des 39 quartiers de cette commune

La mairie ville de Rufisque, en collaboration avec l’Ong Millénium promise et Afrik Innovations, a procédé mercredi à la restitution et au partage des résultats de la phase-pilote de l’enquête portant sur le recensement, la caractérisation et le type de propriété et d’usage du foncier bâti des 39 quartiers de la commune de Rufisque-Est. Et ladite enquête révèle, selon un communiqué, que «3575 bâtiments de Rufisque-Est sont sans titre d’occupation ou dont le type de titre n’est pas connu des occupants, soit 55 % des maisons enquêtées. Sur l’ensemble des bâtiments enquêtés dans la commune, les titres d’occupation se répartissent comme suit : 979 TF, 286 baux, 985 permis d’occuper, 94 certificats administratifs délivrés par le maire, 554 actes de vente, 14 notifications».
Sur 6483 domiciles enquêtés, indique le document, «1053 bâtiments sont en zinc, ardoise ou tuile, 799 sont en construction, 1340 sont de niveau R+1, 175 de niveau R+2, 21 de niveau R+3 et 5 de niveau R+4. On compte 852 parcelles nues. On note une prédominance de bâtiments à Rez-de-chaussée avec 2239 maisons».   L’enquête fait également état de «4653 bâtiments occupés, 256 bâtiments construits non habités, 748 bâtiments en construction, 193 terrains nus avec clôture, 630 terrains nus sans clôture, avec une prédominance des bâtiments à usage d’habitation (72 %)». Aussi relève l’étude, «3022 maisons sont louées par des individus, 22 par les entreprises (0,3%) et 3439 maisons sont sans location, soit 53% des maisons enquêtées».
Pour recueillir toutes ces informations susceptibles d’améliorer les ressources fiscales et ainsi accroître les taxes fiscales, c’est une vingtaine d’enquêteurs collecteurs de la division des recettes de la mairie de ville qui ont sillonné les différents quartiers de Rufisque-Est. Ils ont été équipés de smartphones et capacités lors d’une session de formation. Ce travail a duré près de deux mois. Et il résulte d’outils utilisant les Technologies de l’information et de la communication (Tic) développés par Afrik innovations suarl en collaboration avec Millennium Promise, la commune de Yeumbeul Nord et la ville de Rufisque, pour évaluer le potentiel fiscal des collectivités territoriales.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here