PARTAGER

Le Premier ministre lance les hostilités. La tête de liste de Bby a sali la gestion des ordures par le maire de Dakar, lui aussi tête de liste de Manko taxawu senegaal. Dionne a, en revanche, jugé «très propre» le bilan de l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (Ucg) par Abdoulaye Diouf Sarr.

Le timing est bien choisi. C’est autrement un meeting politique. Dans un Grand Théâtre plein comme un œuf, hier à l’occasion du lancement de l’initiative «Quartier zéro déchet» de l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (Ucg), le Premier ministre s’est attaqué, sans le citer, au maire de Dakar. Mais en cette veille de campagne des Législatives du 30 juillet prochain, c’est aussi la tête de liste de Benno bokk yaakaar (Bby, majorité) qui s’en prend à la tête de liste de Manko taxawu senegaal (Mts, opposition). Mahammad Boun Abdallah Dionne a salué l’«excellent travail» de l’Ucg contrairement à l’«ancien système» sur la gestion des ordures. Allusion à Khalifa Sall qui l’avait confiée à l’Entente Cadak-Car. «Chaque année, l’Etat déboursait 12 milliards pour la propreté de Dakar. Mais lorsqu’on allait jusqu’en octobre, ce montant est épuisé et on nous demandait une rallonge. Le résultat était connu de tous : si tu prends le Petit train bleu pour aller à Pikine ou Thiaroye, on est ému de voir que le train ne roule que sur des ordures», raille le Premier ministre en direction de la tête de liste de la coalition Manko taxawu senegaal sous les ovations du public et des ministres Abdoulaye Diouf Sarr et Aly Ngouille Ndiaye. Alors que la campagne n’a pas officiellement commencé, le chef de file de la majorité ouvre les hostilités en direction de ses adversaires. D’après lui, avec ces 12 milliards, Dakar est aujourd’hui «à 85,7% de taux de collecte des ordures» grâce à l’Ucg créée par le décret n°2015-1703 du 26 octobre 2015 sous les contestations de la Ville de Dakar et de son maire qui, plus tard, va saisir la Cour suprême avant d’être débouté.
C’est aussi celui qui a été investi par Macky Sall pour défendre son bilan qui fait l’éloge du Train express régional. «Les rails qui s’étaient dégradés à cause des ordures sont aujourd’hui très propres et prêts à accueillir le Ter. Dakar est très propre. Je vous félicite M. le ministre Abdoulaye Diouf Sarr et votre équipe», ajoute M. Dionne. D’ailleurs, il en a profité pour expliquer l’importance de la salubrité pour le Train express régional. «Si lorsqu’on se déplace la route est bourrée d’ordures, on n’accédera jamais à l’émergence. On entend parfois des critiques sur la mise en place d’un Train express régional. Le Président Macky Sall veut que 115 mille personnes soient transportées par jour de la banlieue vers la ville et vice-versa. C’est ce qui se passe dans les grandes villes du monde. On est à l’ère du modernisme», soutient le Pm convaincu que la compétitivité des territoires et leur développement durable visé à travers l’Acte 3 de la décentralisation doivent se réaliser dans un Sénégal propre. «En effet, l’émergence économique ne peut se concevoir sans la salubrité», conclut-il.
bgdiop@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here