PARTAGER

Annoncé en grande pompe par les organisateurs, l’artiste gambien Jaliba Kuyateh a bien été au rendez-vous de ces 25 ans du Saint-Louis jazz. Le chanteur et joueur de kora gambien a fait honneur à sa réputation à travers une prestation assez bonne sur la scène de la Place Faidherbe. Il a notamment chanté et magnifié la Sénégambie.

Après la belle prestation de l’ensemble philharmonique de l’Armée, le choriste gambien n’a pas déçu le public, même s’il n’a pas été exceptionnel. Très attendu à Saint-Louis, il a d’entrée chauffé la Place Faidherbe avec le morceau Sénégambie qu’il chante avec beaucoup d’entrain et d’enthousiasme accompagné par le rythme endiablé des sonorités mandingues diffusées par son orchestre le Kumareh Band qui a fait le déplacement avec lui. A aucun moment du concert le rythme n’a pas d’ailleurs baissé.
Très en verve, il berce le public par sa voix chaude. Dans plusieurs morceaux, il fait allusion à la confraternité entre Sénégalais et Gambiens comme pour montrer que chez lui, la Sénégambie n’est pas un vain mot.
Choisi par l’Association Saint-Louis jazz pour poser les jalons d’un pont culturel entre les deux pays unis par l’histoire en attendant la construction d’un pont physique devant les relier, Jaliba Kuyateh revendique sur scène son attachement à Serigne Touba et Cheikh Ibra Fall qu’il chante aussi. Une attitude qui ne manque pas de plaire au public qui chante également et danse au bas de la scène.
Dopé par cette réaction positive, l’artiste gambien qui se sent bien en terre saint-louisienne où il dit compter beaucoup d’amis chante les «Ndiayène». «S’il m’était donné de réécrire l’histoire, je me nommerais Ndiaye (un nom de famille très courant au Sénégal)», ironise-t-il. Il fait également étalage de tout son talent de joueur de kora exceptionnel, en manipulant avec dextérité les cordes de son instrument qu’il finit par porter au dos.
Face à la presse, il se félicite de la réaction du public qui, à sa grande surprise, a compris son message avant de saluer le rôle prépondérant que les artistes ont joué dans la consolidation des liens entre le Sénégal et la Gambie. Des artistes qu’il a invité à continuer à jouer ce rôle de sensibilisation auprès des deux Peuples, surtout après le départ de l’ex-dictateur gambiens, Yahya Jammeh, qui a beaucoup retardé sa venue au Sénégal et au Festival international de jazz de Saint-Louis

Par Cheikh NDIONGUE Correspondant cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here