PARTAGER

L’artiste-rappeur de Kédougou, Moussa Cissé, connu sous le nom de Dreagman, a entamé depuis plus de deux semaines, la 4e édition de sa tournée régionale «Niatakhania Tour». En prestation dans la commune de Bembou, samedi dernier, l’enfant de Kédougou et son groupe ont sensibilisé les jeunes de cette commune sur les méfaits de l’émigration irrégulière.

«Ne risquez pas vos vies en embarquant dans des pirogues de fortune pour rejoindre une soi-disant vie meilleure.» C’est le message fort que le rappeur Dreagman a lancé à la jeunesse de la commune de Bembou, dans le département de Saraya, Samedi dernier. A l’en croire, pour la 4e édition de sa tournée régionale intitulée «Niatakhania Tour», il a voulu avec son staff, s’entretenir avec les jeunes de la région sur des questions cruciales comme l’émigration irrégulière, qui est en train de faire des ravages au Sénégal et particulièrement dans cette zone. Conscient que le département de Saraya est une zone de départ, où il y a eu beaucoup de jeunes qui sont allés en émigration, l’artiste a expliqué du fond du cœur : «En tant que jeune et porteur de voix, c’est mon devoir de sensibiliser mes frères et sœurs sur les dangers de l’émigration irrégulière.»
Selon lui, le fait de voyager n’est pas un problème. C’est un «besoin naturel». Seulement, prévient-il, «que cela se fasse dans les normes, en respectant la légalité». Et notre interlocuteur de poursuivre son plaidoyer : «Je demande aux jeunes de ne pas embarquer dans des pirogues de fortune en quête d’un eldorado incertain, au péril de leur vie.» Toutefois, il a demandé à l’Etat du Sénégal à travailler pour rassurer les jeunes en mettant en place une politique efficace, qui pourrait leur permettre de trouver des cadres propices pour entreprendre, investir et se réaliser chez eux. C’est dire, à ses yeux, que la politique nationale de migration qui vient d’être élaborée par le Sénégal a tout son sens pour répondre aux préoccupations de ces derniers.
A Bembou comme partout ailleurs, les raisons évoquées pour justifier les départs des jeunes sont entre autres, des raisons économiques et sociales. Le coordonnateur du Mouvement pour l’émergence de Kédougou (Mpek), Yérémakhan Sylla, s’inscrit dans le même registre que Dreagman pour dire : «Je suis attristé de voir que nos jeunes frères et sœurs quittent le pays en prenant des risques démesurés pour rejoindre l’Occident.» C’est pourquoi, dit-il, «on a jugé nécessaire de s’engager dans la sensibilisation» pour éviter à tous ces jeunes gens de se «suicider gratuitement». Revenant sur les raisons qui poussent certains jeunes à braver la mer, M. Sylla a indiqué : «Je pense que ce n’est pas des raisons suffisantes pour aller risquer sa vie en mer.»
Le message qui a été délivré par l’artiste Dreagman et ses amis n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Les jeunes se sont engagés à le diffuser et le partager auprès de leurs amis afin de les dissuader de prendre la mer. A cet effet, Moro Samoura, président du conseil communal de la jeunesse de Bembou, a indiqué avec force : «Je n’encourage pas mes frères à l’émigration irrégulière. On peut gagner sa vie et vivre décemment sans émigrer. On a beaucoup de potentialités chez nous pour nous permettre de nous développer.» Le responsable politique a ajouté : «On va poursuivre la communication auprès de nos camarades pour les sensibiliser sur les risques liés à l’émigration irrégulière.» Doussou Danfakha embouche la même trompette pour formuler une demande : «L’Etat doit également nous aider et nous garantir un plein épanouissement.» La prestation de Bembou a pu se tenir grâce au président du Conseil départemental de Saraya, Sadio Dansokho, qui a accompagné l’artiste Dreagman. Il s’est engagé à le soutenir dans son action pour combattre l’émigration irrégulière dans son département.

Le rappeur enflamme Bembou
Après l’étape de Nafadji, Dreagman, l’enfant prodige qui incarne le rap à Kédougou, a enflammé la cour de l’école élémentaire de Bembou. Elle a servi de cadre à son concert du samedi dernier, qui s’est tenu sous le thème de la lutte contre l’émigration irrégulière. Pétri de talent et très engagé pour le développement de la culture de son terroir, Dreagman a fait vibrer Bembou et sa population avec un répertoire aussi riche que varié.
Le spectacle était à la fois inédit et époustouflant. Accompagné d’un groupe d’acrobates de renom venus de la Sous-région, Dreag­man a émerveillé toute une population sous le regard admiratif du président du Conseil départemental de Saraya, Sadio Dansokho. Interpellé sur son implication dans la tournée de Dreagman dans son département, le sieur Dansokho a expli­qué : «C’est un jeune talentueux et très engagé et qui est digne d’être soutenu.» Parce que, argumente-il, «Dreagman participe au développement et à la vulgarisation de notre patrimoine culturel».
Le soutien du président de Conseil départemental de Saraya à la tournée régionale de l’artiste-rappeur n’est pas fortuit. Car, dira Sadio Dansokho, «mon département, ma jeunesse ne pouvaient pas être en dehors de ce programme. Lorsque le programme m’a été soumis, je n’ai pas hésité à accepter pour permettre à ma jeunesse, mes populations de bénéficier de ces spectacles». Le président du Conseil départemental a assuré que ce que ses compagnons et lui ont pu voir à Bembou était «du jamais vu. C’est spectaculaire».
En plus de Dreagman, le concert a été une tribune pour les artistes locaux de monter sur scène. L’occasion leur a été donnée de se faire connaître d’un grand public et de montrer leur talent. Au fur et à mesure que la nuit avançait, la scène se rétrécissait et les fans se rapprochaient de la piste pour danser et mieux communier avec leur artiste. Il a tout donné pour garantir à ces derniers une soirée inoubliable qui sera gravée à jamais dans les annales de Bembou.
La soirée a pris fin vers 3 heures du matin. Il y a eu des séances de prise de photos avant que la foule ne se disperse. La soirée a été précédée d’une conférence sur l’émigration irrégulière et le rôle de la jeunesse dans le développement de sa localité. La conférence a été animée par Yérémakhan Sylla, coordonnateur du Mouvement pour l’émergence de Kédougou (Mpek). A l’issue de ces échanges, les jeunes hommes et femmes se sont engagés à tourner le dos à l’émigration irrégulière et à tenter de voyager par la voie légale.
msdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here