PARTAGER
Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement.

Le Bureau exécutif de la Fédération sénégalaise des associations de consommateurs (Fesac), qui s’est réunie la semaine dernière, a dénoncé des zones d’ombre dans l’attribution du contrat d’affermage de l’eau au groupe français Suez.

L’attribution provisoire du contrat d’affermage de l’hydraulique urbaine et périurbaine au Sénégal au groupe Suez pour les 15 prochaines années est loin de connaître son épilogue. La Fédération sénégalaise des associations de consommateurs (Fesac) qui s’est réunie la semaine dernière a constaté certaines zones d’ombre dans l’attribution provisoire du marché d’affermage à ce groupe français. Qui, selon les organisations consuméristes membres de cette fédération, «n’a pas été le moins disant en termes d’offre financière». Et pour elles, ces zones d’ombre «méritent d’être clarifiées par des voix autorisées». Sinon, cela pourrait «remettre sérieusement en question la transparence de la procédure d’attribution provisoire qui a pris un temps anormalement long». La Fesac indexe entre autres «la durée anormalement longue du processus si on considère qu’à partir du mois de juillet 2018, le nouveau fermier aurait dû être identifié afin que toutes les dispositions soient prises pour démarrer ses activités à partir du 1e janvier 2019». Les consuméristes souhaitent aussi être édifiés «sur l’attribution provisoire du marché à un soumissionnaire autre que le moins disant…».
Pour rappel, «la procédure d’appel d’offres pour l’affermage du sous-secteur de l’hydraulique urbaine et périurbaine entre dans le cadre global de la réforme de 2ème génération du secteur de l’hydraulique». A ce propos, le Bureau exécutif de la Fesac «regrette et dénonce avec vigueur la non-implication du mouvement consumériste dans sa conception et sa mise en œuvre, en violation flagrante de la résolution n°39-248 du 19 avril 1985 de l’Assemblée générale des Nations unies relative aux principes directeurs pour protection du consommateur». Qui stipule que dans les principes généraux alinéa 2 : «Les principes directeurs visent à répondre aux besoins légitimes ci-après : le droit de constituer des groupes ou des organisations de consommateurs et autres groupes pertinents et possibilité pour ces organisations de faire valoir leurs vues dans le cadre des décisions les concernant.»
Malgré tout, la Fesac «réaffirme solennellement sa position équidistante entre toutes les parties prenantes dans ce dossier ; sa seule préoccupation est de préserver l’intérêt exclusif des consommateurs donc du Peuple sénégalais».
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here