PARTAGER
Mamadou Mignane Diouf du Forum social.

Le Forum social sénégalais a annoncé hier, lors d’une conférence de presse, qu’il a appris de sources sûres que Suez sera attributaire de la gestion de l’hydraulique urbaine et péri-urbaine au Sénégal. Mamadou Mignane Diouf, coordonnateur dudit forum, et Cie s’indignent et pensent qu’au nom de cette entreprise, «les scandales et la corruption sont désormais liés partout où elle passe».

Si des rumeurs circulent, avançant que l’Etat du Sénégal va confier la gestion de l’hydraulique urbaine et péri-urbaine à la compagnie française Suez, le Forum social sénégalais, lui, en a la preuve et dit être indigné. «En recoupant nos informations de l’extérieur avec nos collègues dans le Forum alternatif de l’eau et dans les réseaux avec lesquels nous travaillons, il apparaît que des promesses auraient été faites à une entreprise multinationale de lui donner la concession de l’eau au Sénégal, quel que soit ce qui pourrait arriver», révèle Mamadou Mignane Diouf, coordonnateur dudit forum. A l’en croire, leurs collègues du Nord avancent même des chiffres qui seraient à la base de la situation actuelle «où pendant longtemps le gouvernement n’a pas osé annoncer officiellement le résultat de la sélection». En conférence de presse hier, M. Diouf a dénoncé un complot sur notre ressource et pense que cette gestion est entre «des mains douteuses». Il dit : «Au nom de cette entreprise (Suez), les scandales et la corruption sont désormais liés partout où elle passe. On sait qu’elle a eu des scandales en Espagne, à Bordeaux. Au Maroc aussi, cette entreprise avait la gestion d’une ville qui s’appelle Raba. Elle a eu à laisser là-bas des scandales et des problèmes non résolus.» Mignane Diouf soutiendra d’emblée que le plus révoltant, c’est qu’on a préféré une entreprise «comme celle-là à une autre ou des champions nationaux détiennent et participent au capital. On l’a préférée à une autre qui a fini avec les expatriés étrangers qui étaient dans ce processus. Aujourd’hui, la Sde ne compte pas plus de deux expatriés».
Reprenant l’information relatée par le journal le Soleil d’hier, selon laquelle le ministre de l’Hydraulique et l’assainissement a retenu le groupe Suez comme attributaire provisoire dans la concession de l’eau, M. Diouf soutient : «De sources sûres, il est dit et prouvé que cette multinationale viendra avec des expatriés. Cela veut dire qu’elle va licencier certains cadres techniciens sénégalais qui sont dans la boîte au moment où on parle d’emploi de préférence nationale, la patrie avant le parti.» «Comment peut-on confier la gestion de l’eau à une entreprise qui a déjà gagné dans le marché de Keur Momar Sarr ?», s’interroge Mamadou Mignane Diouf. Lequel répond que c’est «immoral, illogique et incorrect qu’une même entreprise soit juge et parti». «Comment peut-on confier un marché à une entreprise, alors que sur les offres faites, il y a une perte de 50 milliards de francs Cfa aux termes du contrat de 15 ans entre l’offre financière de la Sde et celle de Suez ?», se demande-t-il davantage.
Autant de questions et de paradoxes dans ce dossier qui se comprend car, estime-t-il, «nous sommes dans une année électorale et où on a besoin d’argent».
Le Forum social annonce que pour faire revenir les autorités à la raison, il va planifier un plan de bataille. Il envisage ainsi d’aller voir les centrales syndicales, le mouvement France dégage etc., mais aussi que des actions se tiendront aussi bien au niveau national qu’à l’international.

Les syndicalistes dénoncent un forcing de l’Etat
Pour Elimane Diouf, responsable du Syndicat des travailleurs de la Sde, «nous sommes désagréablement surpris de constater que tout le processus qui a jalonné la sélection d’un nouvel opérateur au Sénégal a abouti à un forcing de l’Etat du Sénégal». Le syndicaliste d’ajouter que les travailleurs de la Sde savent se battre et continueront à se battre.
Dans un document remis à la presse, le Forum rappelle que dans ce processus, des informations reçues de sources sûres indiquent que la Sde, où des Sénégalais détiennent au moins 42% des actions, a bel bien passé avec succès l’étape 1 de l’offre technique. Suite à cela, une réunion de clarification s’est tenue le 12 février 2018 entre la Sénégalaise des eaux et les autorités étatiques et elle a reçu un mémorandum le 6 mars 2018. Puis, il y a eu l’ouverture des offres financières le 1er juin 2018. Après cette ouverture, deux demandes de clarification ont été faites par le comité et envoyées à la Sde. A ces demandes de clarification et d’éclaircissement, la Sde a répondu respectivement le 12 et le 19 juin à ces questions de planification. Et il a été dit qu’elle a été le moins disant dans cette partie des offres financières.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here