PARTAGER

Au Sénégal, il est désormais exigé le port obligatoire du masque dans beaucoup de lieux, les manquements à cette disposition conduisent à des sanctions. Les populations, pour s’y conformer, utilisent pour la majorité des masques artisanaux. Ces derniers sont soumis à une norme qui appelle au respect d’un certain nombre de règles allant des matériaux utilisés dans la confection aux mesures d’hygiène à respecter.

Le port du masque est devenu obligatoire au Sénégal depuis hier. Résultat, on en voit de toutes sortes et couleurs. Les populations se protègent comme elles peuvent. L’essentiel, nous dit-on, c’est de se couvrir. Seulement, les masques artisanaux doivent répondre à la norme sénégalaise Ns 15-014. Cette norme «a été adoptée par le Comité technique de normalisation dans le domaine de la santé (Asn/CT15)». Celle-ci, élaborée et adoptée en procédure d’urgence pour répondre à un besoin urgent dans le contexte de la pandémie de coronavirus (Covid-19), fixe les conditions de confection et d’utilisation de ces masques barrières. Le comité qui l’a mise en place renseigne que le masque barrière «doit pouvoir être ajusté étroitement sur le nez, les joues et le menton de la personne qui le porte pour assurer une étanchéité suffisante vis-à-vis de l’atmosphère ambiante au niveau du visage de l’utilisateur, lorsque sa peau est sèche ou humide et lorsqu’il bouge la tête». Autre chose à savoir, c’est que «l‘air inhalé pénètre en grande partie dans le masque barrière par la monocouche ou un composite multicouche et arrive directement dans la région du nez et de la bouche». Selon les membres de ce comité, «le masque barrière doit permettre de parler et de respirer sans gêne». Ainsi, ils soulignent qu’au «sens de cette norme, il n’y a pas d’exigences sur le type et la forme du masque barrière tant qu’il répond aux exigences minimales de confection et d’usage».
Dans la même veine, il est précisé que «les masques barrières doivent être emballés de manière à les protéger contre tout dommage mécanique et toute contamination avant l’emploi». Quid des matériaux utilisés dans leur confection ? S’agissant de cette question, il est recommandé d’utiliser «des étoffes serrées», de ne pas «confectionner un masque avec une seule épaisseur d’étoffe, assembler en deux ou trois couches (mêmes étoffes ou différentes étoffes), ne pas utiliser des étoffes bloquant le passage de l’air pendant la respiration». La norme sénégalaise recommande également de «ne pas utiliser des étoffes permettant à l’air de passer pendant la respiration», et de choisir celles «lisses, non irritantes». L’utilisation des étoffes chaudes qui rendraient le port difficile est aussi à éviter. De même que l’utilisation «d’étoffes légères et peu serrées». Il est en outre conseillé de «choisir autant que possible une couleur blanche ou beige claire, ne pas utiliser d’agrafe pour fixer le masque barrière».

Conditions de lavage et de séchage
La norme Ns 15-014 souligne par ailleurs que les masques «doivent pouvoir résister aux manipulations et à l’usure pendant la durée de vie indiquée par le fabricant». Par rapport aux conditions d’hygiène, il est exigé de la part des fabricants une maîtrise «de façon à réduire les risques de contamination». Il est conseillé que la confection soit «suivie d’un nettoyage des masques barrières avant mise en conditionnement et utilisation».
Le document fixe aussi les conditions de lavage et de séchage. S’agissant de cet aspect, il faut noter qu’ils doivent «être conformes aux préconisations du fabricant (notice d’utilisation, instructions d’entretien ou formation)». A ce propos, le document explique : «La personne chargée du lavage devra se protéger pour manipuler les masques souillés s’ils ne sont pas dans un sac hydrosoluble. Il est recommandé de nettoyer son lave-linge avant tout lavage des masques barrières, en procédant à un rinçage à froid avec de la javel ou de le faire tourner à vide à 60° C ou 95° C sans essorage (…) Le cycle complet de lavage (mouillage, lavage, rinçage) doit être de 30 minutes minimum avec une température de lavage de 60° C. En l’absence de lave-linge, il est recommandé d’effectuer un pré-trempage du masque usagé dans une solution 0,05% de chlore actif avec un temps de contact minimal de 15 minutes, de le laver avec des produits de lessive habituelle, de le sécher à l’abri de la poussière et de le repasser au besoin». Concernant la durée d’utilisation du masque barrière, la norme conseille de le laver «chaque fois qu’il est souillé ou mouillé». Il est ainsi déconseillé de «le mettre en position d’attente sur le front ou sous le menton pendant et après utilisation». Autre chose à retenir : «Durant une même période de 4h, le masque ne peut servir plusieurs fois que s’il est retiré selon les consignes, stocké provisoirement ou accroché pour offrir le moins de contact possible, et remis selon les consignes». La norme sénégalaise avertit que «dans tous les cas, elle sera inférieure à 4 heures sur une seule journée (équivalent à une demi-journée)».
Au regard des masques utilisés par une bonne partie de la population, l’on n’est pas sûr que tout le monde soit au même niveau d’information concernant tous ces détails de la norme sénégalaise Ns 15-014. Sur cette question, il y a encore du chemin à faire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here