PARTAGER

C’est le «y’en a marre» à l’échangeur Khombole du projet autoroute à péage Ilaa Touba. Devant une importante délégation de députés en visite hier sur les chantiers Aibd-Mbour-Thiès et Ilaa Touba, conduite par le président du groupe parlementaire de Benno bokk yaakaar Moustapha Diakhaté, les travail­leurs ont exigé de meilleures conditions de travail de la part de l’entreprise chinoise, China road and bridge corporation (Crbc), bénéficiaire du contrat commercial pour le financement et la construction de l’autoroute Thiès-Touba.

«Le salaire de base des travailleurs de l’autoroute à péage Ilaa Touba est 76 mille F Cfa pour les chauffeurs et conducteurs d’engins alors que nous travaillons 7J/7 de 7h à 18h 30. Nos conditions de travail frisent l’esclavage», s’étrangle Souley­mane Dieng, travailleur à la société bénéficiaire du contrat commercial pour le financement et la construction de l’autoroute Thiès-Touba, China road and bridge corporation (Crbc). Face aux députés venus constater l’état d’avancement des chantiers, le porte-parole des travailleurs, au milieu d’une foule, vocifère : «Nous voulons de meilleures conditions de travail, nous souffrons dans notre chair, notre dignité est presque bafouée. Les Chinois nous font des mises à pied sans demande d’explications. Ce, sans compter les exclusions abusives et autres tracasseries ayant trait à des accidents de travail.» Aussi et surtout l’insécurité dont ils sont souvent victimes : «Chaque matin pour venir travailler les Chinois nous entassent derrière des camions Bennes. C’est pourquoi tous les travailleurs ont des problèmes respiratoires.» Il regrette leurs mauvaises conditions de travail alors que le projet Ilaa Touba qui, «en plus d’être le grand programme porté par le gouvernement sénégalais, coûte plus de 400 milliards F Cfa». Non sans dénoncer qu’«après cette manifestation, nous allons tous être virés, mais c’est le prix à payer pour entrer dans nos droits». Et d’interpeller l’Etat sur les problèmes auxquels ils sont confrontée au niveau du Crbc. Pour toutes ces interpellations, le président du groupe parlementaire, Mous­tapha Diakhaté, de répondre à l’endroit des travailleurs : «En tant que député et citoyen de ce pays, je leur dis que je prends en charge leurs préoccupations et je les porterai là où il le faut. Vos doléances ne sont pas portées dans l’oreille d’un sourd, nous allons porter au plus haut niveau ces préoccupations pour que l’on trouve le plus rapidement possible des solutions, soyez rassurés», assure-t-il. Au-delà, l’élu a été interpellé sur la cherté du prix du tronçon autoroutier. Il assure que déjà dans «le premier tronçon autoroutier du Sénégal, il y a eu une baisse de 800 F Cfa obtenue par le Président Macky Sall». Moustapha Diakhaté, qui rappelle que le contrat de gestion confié à Senac Sa a été conclu du temps de Abdoulaye Wade, précise que «c’est un contrat léonin que nous considérons comme une injustice, mais le Président Macky Sall est arrivé à obtenir une baisse».

Coût du péage
Toutefois, il considère qu’on doit encore baisser davantage le prix du péage. Ce, d’autant que «l’autoroute a été construite avec l’argent du Sénégal ; donc la baisse doit encore être beaucoup plus conséquente pour que l’autoroute soit un outil de développement et non d’enrichissement comme c’est le cas avec le premier tronçon que Abdoulaye Wade avait confié à Sénac Sa». Il n’a pas manqué de fustiger le mode de gestion du péage qui, dit-il, se fait «en milieu d’autoroute, parce qu’en pleine vitesse, on vous arrête pour vous demander de payer. Pour Ilaa Touba, nous avons retenu avec l’Ageroute,  par rapport à la gestion, de payer vers la sortie». Par ailleurs, il reste persuadé qu’avec la coopération renforcée avec la Chine, «les conditions de l’émergence du Sénégal seront encore beaucoup plus accélérées. Cette autoroute fera du Sénégal ce que le Nil a fait de l’Egypte, c’est un nouveau pays qui va naître avec l’autoroute Ilaa Touba». Pour sa part, la présidente de la Commission de l’urbanisme, de l’habitat, de l’équipement et des transports à l’Assemblée nationale, Penda Seck Dieng, se dit «agréablement surprise de l’état d’avancement des travaux des chantiers autoroutiers». Pour dire, selon elle, toute la satisfaction des députés sur le niveau d’exécution des travaux jugé satisfaisants. Le chef du projet autoroute Aibd-Mbour-Thiès, Mouhamadou Moustapha Dème, est revenu, quant à lui, avec les députés, sur ladite autoroute qui est le prolongement de l’autoroute Dakar-Diamniadio-Aibd. «Elle prend le relais à partir de l’Aibd et est scindée en deux branches, l’Est sur une distance de 16 km qui va de l’Aibd à Thiès et le Sud qui va de l’Aibd à Mbour et qui s’étend sur 39 km.» Il ajoute : «C’est une autoroute en deux fois deux voies extensibles en deux fois trois voies.» Et déjà, poursuit-il, sur la branche Sud Aibd-Mbour longue de 39 km, les 18 km ont déjà été inaugurés le 24 octobre 2016 par le Président Macky Sall. «Elle est actuellement mise en service, les travaux se poursuivent sur le tronçon Somone-Mbour. De même sur la branche Est qui concerne le tronçon Aibd Thiès.» S’agissant des impenses, l’assistant juridique de l’Age­route, Cheikh Sakho Ndia­ye, de faire savoir que sur «les 600 personnes impactées par le projet dans le département de Thiès, 560 ont déjà été payées pour un coût de 1,3 milliard F Cfa. Il ne reste que 40. Et certainement, elles seront complètement évacuées dans la semaine».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here