PARTAGER

La 117e édition du Gamou de Tivaouane sera marquée cette année par une conférence régionale islamique, sur le thème : «Religion, paix, et prospérité en Afrique.» Ainsi plus 700 participants sont attendus à cet évènement à Tivaouane.

C’est la grande innovation de cette année. Plus de 700 universitaires, intellectuels et acteurs religieux africains et du monde, sont attendus le week-end prochain à Tivaouane pour participer à la conférence régionale islamique sur le thème : «Religion, paix et prospérité en Afrique.» L’annonce a été faite hier par Serigne Hamid Sy «Al Amine» lors du traditionnel point de presse marquant le début des préparatifs de l’édition 2018 du Maouloud Al Naby. Une rencontre qui a été présidée cette année à Tivaouane par Serigne Mbaye Sy Abdou dit Ndiol Fouta. Selon le Président de la commission communication du Gamou, parmi les valeurs incarnées par le Prophète (Psl), la thématique de la paix a été choisie cette année dans le cadre des activités de célébration du Maouloud à Tivaouane. Serigne Hamid Sy Al Amine annonce : «Nous vivons une époque où une religion musulmane traverse une grave crise de perception, pour la simple raison que certains concepts ont été galvaudés. Il s’en est suivi quelque part, une volonté de présenter l’islam comme une religion qui ne prend pas en compte la dimension de la construction et de la préservation de la paix.» Ce constat justifie l’organisation du 10 au 11 novembre 2018 de cette conférence islamique pour promouvoir la paix en Afrique sous la présidence du Khalife général des Tidianes. «Toutes les familles religieuses y compris l’église ont été invitées à cette rencontre sur la paix.  Et le thème de la paix sera disséqué et les travaux seront menés en collaboration avec une organisation américaine», explique Serigne Hamid Sy qui ajoute que  l’objectif est de faire en sorte que les problématiques de la construction de la paix et de la cohabitation pacifique des religions et des communautés religieuses soient convoquées lors de ce Gamou et qu’il y ait des espaces d’échanges entre les acteurs religieux, toutes obédiences confondues, autour de cette thématique. Il s’agira de montrer, selon lui, à la face du monde, l’apport du Sénégal et sa spécificité parce qu’étant un pays dont la matière première est la paix civile. Laquelle est le fruit de la parfaite compréhension et intelligence avec lesquelles les leaders religieux ont su à la fois collaborer ensemble quand il le fallait, parler quand il le faut pour rappeler les principes de collaboration, de respect mutuel, de tolérance religieuse, «qui sont les fondements de la société sénégalaise et qui nous valent le respect et l’attention du monde entier».
Dans la même veine, il ajoute : «Il est important que cette valeur ajoutée que nous avons dans ce pays soit érigée en exemple, mais qu’elle puisse aussi nous permettre de rappeler qu’il n’y a pas de progrès économique sans la convocation de l’exigence de la paix.» Aussi, le président de la Commission de la communication du Gamou soutenant que plus de 700 participants africains feront des interventions lors de la conférence de Tivaouane : «Au-delà de l’appartenance religieuse, il est possible de vivre dans une certaine fraternité et surtout faire face aux dérives qui conduisent certains pays dans la catastrophe. C’est parce que des oiseaux de mauvais augure ont toujours tendance à utiliser les appartenances identitaires, pour semer la zizanie, le chaos dans le pays comme en atteste ce qui s’était passé au Rwanda il y a quelques années. Il est important que les leaders religieux soient interpellés devant de telles perspectives, pour les amener à prendre leurs responsabilités par rapport à cette exigence de paix», conclut Hamid.
nfniang@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here