PARTAGER

Le chef de l’Etat sénégalais a défendu devant ses pairs dirigeants, de tendance libérale, ce qu’il a appelé un libéralisme social, qui assure des services sociaux minimaux aux populations défavorisées. Il a été appuyé dans son argumentaire par son homologue ivoirien Alassane Ouattara qui, par ailleurs, a vanté les réussites de ce modèle de gouvernance.

Un libéralisme qui prend en compte les aspirations primaires des populations défavorisées : C’est ce qu’a théorisé vendredi le Président Macky Sall lors du congrès de l’Internationale libérale. «En Afrique,  nous voulons insister pour  que le libéralisme classique intègre  davantage nos valeurs de culture et de civilisation positive, au premier rang desquels le vivre ensemble dans la solidarité. C’est notre façon d’accentuer le libéralisme social pour que l’Etat puisse assurer aux populations défavorisées un minimum de services sociaux. Ce que j’appellerais personnellement le libéralisme à forte sensibilité sociale», a exhorté le chef de l’Etat lors de son allocution.
Etaient présents à la cérémonie les Présidents Alassane Dramane Ouattara de Côte d’Ivoire, Adama Barrow de la Gambie et Georges Weah du Liberia. «C’est cela que j’ai voulu traduire à travers le concept de ‘’Sénégal de tous, le Sénégal pour tous’’. Et c’est dans le même esprit que nous Africains défendons avec insistance des relations économiques et commerciales plus justes et plus équitables», a poursuivi le chef de l’Etat sénégalais. Le Président ivoirien a émis sur la même longueur et s’est déclaré convaincu que les meilleures performances économiques sont à l’actif du libéralisme. «Dans plusieurs pays d’Afrique, y compris le Sénégal et la Côte d’ivoire, le libéralisme a permis d’impulser la croissance économique, de créer des emplois, notamment pour les jeunes, de lutter contre la pauvreté et d’ouvrir les espaces de liberté tout en consolidant la démocratie, l’état de droit et la bonne gouvernance. Nous pouvons être fiers de ces performances. Nous avons les meilleures performances dans le continent», a estimé le Président Ouattara, tout en arrimant sa vision sur le libéralisme à celle de son homologue sénégalais. «Il faut un libéralisme humain pour propulser le développement, réduire les inégalités et lutter contre la pauvreté», a avisé le Président Ouattara, pour qui «Dakar doit être un nouveau départ».
«Le libéralisme classique est clairement en faveur d’agilité, d’opportunités, des chances à travers l’éducation et la santé», a relevé Juli Minoves, président sortant de l’Internationale libérale, prônant désormais dans la lancée de MM. Macky Sall et Alassane Ouattara un «libéralisme classique qui incorpore cette nécessité morale de développement».
La 62ème édition du congrès de l’Internationale libérale a été l’occasion pour l’Alliance pour la République (Apr) du Président Macky Sall d’intégrer officiellement la structure en tant que   membre à part entière,  avec la signature du manifeste d’Handor par le Président Macky Sall. Jusque-là vice-présidente, la Marocaine Hakima El Haite  est devenue, lors de ce congrès de Diamniadio, la présidente de l’Internationale libérale.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here