PARTAGER

Le ministre du Travail, du dialogue social et des relations avec les institutions, Samba Sy, appelle les travailleurs à adopter une forme de lutte autre que le rapport de force avec le gouvernement. Il présidait samedi le congrès ordinaire du Syndicat et de l’Amicale des inspecteurs et contrôleurs du travail et de la sécurité sociale (Sictrass-Aictss).

«De nos jours, le syndicalisme de combat ou de lutte qui affirme la primauté du rapport de force et de la mobilisation sur les pratiques de négociation pour obtenir des progrès sociaux est en train de perdre du terrain.» C’est la conviction du ministre du Travail, du dialogue social et des relations avec les institutions. Samba Sy invite les syndicalistes à privilégier une démarche qui allie le positionnement stratégique sur les questions nationales avec des propositions pertinentes. Toutefois, il s’est dit convaincu qu’après les réalisations pour promouvoir le dialogue social et le tripartisme, instaurer une paix sociale durable, la justice sociale, renforcer et étendre la protection sociale, promouvoir le travail décent, l’Adminis­tration du travail a les moyens de répondre efficacement aux défis de l’heure. Samba Sy répondait ainsi aux doléances du Syndicat et de l’Amicale des inspecteurs et contrôleurs du travail et de la sécurité sociale Sictrass-Aictss. Les deux structures co-organisaient leur congrès ordinaire ce week-end.
Dans son discours, le secrétaire général par intérim du Sictrass, Téne Gaye, a rappelé que l’Etat n’a toujours pas respecté ses engagements malgré la validation du Pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique (Pnssee). «Cela fait trente mois que nous attendons toujours la convocation de la plénière qui devait se tenir le 29 août 2016 pour finaliser les négociations entre le gouvernement et le Sictrass pour la mise en œuvre du protocole de 2011 et du Pnssee», a laissé entendre M. Gaye. Ce dernier qui, après avoir demandé au ministre d’être leur interlocuteur auprès du chef de l’Etat Macky Sall, a fait comprendre que «le Bureau exécutif national a fait preuve de responsabilité, mais il ne pourra pas continuellement maintenir le couvercle au-dessus de la marmite». Ce congrès ordinaire a été consacré au renouvellement des instances, mais aussi à la présentation du rapport d’activité de l’équipe sortante. Le panel organisé pour la circonstance a porté sur le thème «Relations de travail et émergence économique : Défis et perspectives pour l’administration du travail».
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here