PARTAGER

Aminata Tall a convié hier ses collaborateurs pour faire ses adieux. Et selon le prédécesseur de Mimi Touré, les institutions ne sont pas assujetties à des passations de services.

Beaucoup s’attendaient à une passation de services entre Aminata Tall et Aminata Touré. Mais la présidente sortante du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a préféré une cérémonie d’adieu aux membres de l’institution. La presse avait annoncé ce format, soulignant que Mme Tall en voudrait à son successeur. Mais Aminata Tall a démenti cette information. A sa manière. «C’est une cérémonie d’au revoir en lieu et place de la passation de services formelle à laquelle les institutions ne sont pas assujetties, conformément au décret n° 78/031 du 9 janvier 1978, signé par Léopold Sédar Senghor», a-t-elle précisé hier. Comme pour répondre à ceux qui soutiennent qu’elle n’a pas apprécié son remplacement par Mimi Touré, elle dit : «On nous a confié cette mission, on a fait de notre mieux au point d’être félicitée. Donc, je rends grâce à Dieu, car toute personne qui a travaillé d’arrache-pied a droit à un repos. Quand on se réveille tôt pour aller au boulot, le soir on est obligé de descendre pour aller manger, dormir, se consacrer à Dieu et puis se lever le lendemain pour passer à autre chose, quiconque ne croit pas à cela n’est pas un musulman, encore moins un être humain. C’est ça notre conviction. Quand le Président me confiait le Cese, il ne m’avait pas demandé mon avis.» Elle a indiqué d’ailleurs qu’elle souhaitait que quelqu’un d’autre s’occupe de ladite institution. «Je disais tout le temps au président de la République qu’il faut donner le Conseil à un tel. Mais c’est à moi qu’il l’a finalement confié. Vous savez, quand la chance nous sourit, personne ne peut s’y opposer. Donc, cela ne vaut pas la peine de se chamailler ni de se bagarrer, et j’en suis consciente. C’est parce que ma mission devait s’achever aujourd’hui que cela s’est fait», dira-t-elle. Pour Aminata Tall, le Cese n’est pas n’importe quelle institution. Et d’avertir : «Celui qui se sent pousser des ailes sera surpris par sa chute. Moi je connais la valeur intrinsèque de tous les membres du Conseil.»

«Un bilan élogieux»
Revenant sur son bilan à la tête du Cese, Aminata Tall a salué le travail «remarquable» de ses collaborateurs. A l’en croire, de par leur engagement, ils ont rendu le Conseil «plus dynamique, plus ambitieux». Selon elle, en termes de production, les résultats sont «éloquents». «En 6 années, le Cese a tenu 20 sessions ordinaires et extraordinaires qui ont permis de mener à terme le processus de 40 études. Il s’y ajoute celles de 2018 qui font l’objet d’un rapport en instance de remise. 14 rapports de session, 6 rapports annuels et un rapport général ont été enregistrés. Nos recommandations ont été suivies en 2015 à 87%, et à 77% en 2016. Quelle fierté ! 27 des 40 avis, soit 69% en cumul, ont été pris en charge à des niveaux divers par les différents dentinaires. C’est un bilan élogieux», s’est félicitée Aminata Tall qui souhaite «une bonne continuation» à Mimi Touré «pour maintenir le flambeau déjà allumé».
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here