PARTAGER

La Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) est «vivement» préoccupée par la persistance de la grève du Syndicat des travailleurs de la justice. Elle invite l’Etat du Sénégal à matérialiser sans délai les accords déjà signés avec le Syndicat des travailleurs de la justice.
La Ligue sénégalaise des droits humains se dit d’autant plus préoccupée que cette grève avec son corollaire de paralysie est notamment marquée par la «non délivrance de casiers judiciaires, la non délivrance de permis de visite pour les parents de détenus, le report de la quasi-totalité des audiences, la non disponibilité des actes et décisions judiciaires la prorogation systématique des délibérés à vider», entre autres désagréments occasionnés par ces grèves, liste l’Ong de défense des droits humains dans un communiqué.
Pour la Lsdh, cette grève est articulée autour d’un non-respect d’engagements déjà parafés et actés.
Par conséquent, au regard des conséquences «graves» et «préjudiciables» pour les citoyens, résultant de cette situation de dysfonctionnement et de discontinuité actuelle du service public de la justice, «l’Etat doit respecter ses engagements afin de garantir l’accès à ce secteur vital de la vie sociale».
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here