PARTAGER

L’idée était belle et l’initiative louable quand en plein confinement vingt des plus grands festivals de cinéma du monde ont décidé de s’associer autour du concept «We Are One». Un festival en ligne gratuit qui propose une centaine de films issus des sélections des années passées à redécouvrir sur son ordinateur à des heures précises comme pour une séance en salle.

Une démarche altruiste
Peu d’inédits dans ce programme et évidemment aucune sensation qui pourrait nous rapprocher de l’expérience collective d’un festival de cinéma et des projections sur écran géant. Au-delà de la vingtaine d’œuvres de fiction, les cinéphiles peuvent découvrir des documentaires, des courts métrages ou d’anciennes masterclass avec des grands noms du septième art comme Alain Delon ou Francis Ford Coppola. «We Are One» est parti d’une démarche altruiste initiée par Jane Rosenthal, fondatrice du festival new-yorkais de Tribeca, festival de cinéma né, lui aussi, dans l’adversité afin de redynamiser le quartier des tours jumelles après les attentats du 11 septembre 2001.

Un pis-aller en attendant la Mostra
Aussi généreuse que soit l’idée, «We Are One» est un pis-aller en attendant peut-être le glamour et la proposition artistique de la Mostra de Venise en vrai au mois de septembre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here