PARTAGER

Un violent incendie s’est déclaré hier à Ouest-Foire vers 4 heures du matin. Le feu n’a pas fait de victimes humaines, mais il a causé d’énormes dégâts matériels. La gendarmerie a ouvert une enquête pour connaître l’origine du sinistre.

Il ne reste que les stigmates du violent incendie qui a eu lieu à Ouest-Foire dans la matinée d’hier vers 4 heures. L’état des deux immeubles (R4 et R3), noircis par les flammes, montre l’ampleur du sinistre. Même s’il n’y a pas eu de pertes en vies humaines, les dégâts matériels sont énormes : 3 véhicules et les meubles de ces locaux qui faisaient office de bureaux à deux entreprises ont été réduits en cendres. Selon un gardien de l’immeuble incendié, sous couvert de l’anonymat, le feu est venu de la maison qui jouxte l’immeuble, plus précisément d’un magasin de vente de meubles et de matériels électroniques, avant d’atteindre un autre bâtiment ravagé aussi par les flammes. Il témoigne : «Ce qui a aggravé l’incendie est qu’il y avait du vent au moment des faits. N’eût été l’intervention des sapeurs-pompiers qui ont maîtrisé le feu en moins de 2 heures, les autres maisons auraient été calcinées.» Papis Diaw, un des travailleurs de l’une des sociétés qui siégeaient au niveau de l’un des immeubles brûlés, trouvé sur les lieux du sinistre, l’air serein, n’a pas voulu trop se prononcer. «J’ai été contacté à 4 heures, mais ne pouvant pas jouer le rôle de sapeur, j’ai préféré attendre tard pour venir constater les faits.» En tout cas, son entreprise était propriétaire des deux véhicules complètement brûlés. Fataliste, M. Diaw met tout dans le compte de la volonté divine.
En tout cas, la gendarmerie de la Foire a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances du sinistre. Un gendarme, trouvé sur les lieux, explique que l’enquête de voisinage a révélé que le feu a débuté dans la rue. «C’est peut-être un mégot de cigarette négligemment jeté qui a tout déclenché. En tout cas, tous les témoins attestent que le feu s’est déclaré dans la rue, a touché les véhicules garés et meubles entreposés dans la rue avant les deux immeubles. Nous poursuivons notre enquête», explique un membre des forces de sécurité.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here