PARTAGER

Il y a de quoi donner de la voix dans ce qu’on pourrait appeler le «contentieux de Dakar». Manko taxawu senegaal mise sur les 7 sièges pour espérer un groupe parlementaire. Pour le moment, la Coalition gagnante/­Wattu senegaal qui a raflé les 5 sièges de Mbacké est plus proche d’un groupe.

Dakar retient l’attention du fait de l’incertitude qui entoure son verdict. Benno bokk yaakaar (Bby) et Manko taxawu senegaal (Mts) crient chacune victoire. Toutes les oreilles sont tendues vers la Commission départementale de recensement des votes. Mais en attendant, il y a lieu de s’arrêter sur tous les enjeux de ce «contentieux de Dakar». Pour l’une ou l’autre coalition, la victoire est au moins symbolique, en ce sens qu’elle offre une lecture pour la Présidentielle de 2019. D’abord, il y a l’enjeu du groupe parlementaire pour Mts qui compte, en effet, sur Thiès (2 sièges) et Dakar (7 sièges) pour avoir une grosse avance de 9 sièges, en attendant la course sur la Pro­portionnelle. Si la coalition de Khalifa Sall perd Dakar, il lui sera difficile d’avoir un groupe parlementaire. Et surtout que le quotient électoral pourrait être assez relevé pour le bloquer, du fait du taux de participation qui a grimpé. A supposer qu’il tournerait entre 40 et 50 mille, il faudrait à Mts, le cas échéant, au moins entre 400 mille et 500 mille voix pour avoir 10 députés. Ce qui n’est pas si évident. Voilà pourquoi, lorsqu’on prêtait une vingtaine de députés à Mts, tout reposait sur une éventuelle victoire à Thiès et/ou à Dakar. Et puis, on est plus sous le régime de 10 députés pour former un groupe parlementaire. Il s’agit ici de 16 ou 17 députés, c’est-à-dire le 1/10 du nombre de députés (165).
Pour Manko taxawu senegaal, il y a aussi l’autre enjeu : celui des individualités. Il se trouve que sur la liste de Dakar, ce sont plus les hommes de Khalifa Sall qui jouent leur avenir que leurs alliés de Rewmi de Idrissa Seck ou du Grand parti de Malick Gakou. Dans le scénario d’une défaite à Dakar, ni Bamba Fall ni Barthélemy Dias encore moins Moussa Sy et Babacar Mbengue, tous des maires, ne siègeraient à l’Assemblée ou ne pourraient placer des suppléants.
C’est dire que Dakar pourrait décider de la couleur de la 13ème Législature. S’il y aura un ou deux groupes parlementaires de l’opposition ou le seul de Benno bokk yaakaar.
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here