PARTAGER

Le consommateur sénégalais devrait bientôt bénéficier d’une loi dédiée à sa protection. Le projet de loi est en examen au Secrétariat général du gouvernement. L’annonce a été faite hier, en marge de la Journée internationale des consommateurs

Le ministère en charge du Commerce réfléchit à une refonte de la loi sur la protection du consommateur. Le texte est en examen au niveau du Secrétariat général du gouvernement. «C’est un projet de texte dont nous avons discuté avec l’ensemble des parties prenantes y compris les associations des consommateurs qui ont joué un rôle très important. Nous allons dans quelques semaines vers sa validation avant son examen par le Conseil des ministres», a informé Ousmane Mbaye, le directeur du Commerce intérieur. M. Mbaye, qui s’exprimait hier à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des consommateurs, a souligné que le projet de loi entre en droite ligne dans la thématique de l’édition 2019 de cette Journée internationale, dont le thème est :  «Des produits connectés de confiance.»
A l’échelle mondiale, on compte 23,1 milliards de produits connectés, soit trois fois plus que les êtres humains, selon Consumers Interna­tional, la Fédération internationale de protection des consommateurs, basée à Londres. Cependant, il ne faut pas juste voir le bénéfice offert par l’internet des objets. Les objets connectés posent également une grande problématique au niveau mondial.
A côté de nombreux avantages, il y a beaucoup de fléaux même si ces derniers n’enlèvent en rien le mérite de ces outils. Il convient donc de mettre en place des instruments juridiques et techniques. Ce que l’Etat a bien compris, selon Kalidou Gaye, le directeur des Affaires juridiques et du contentieux de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Arpt). «Au niveau juridique, notre pays est l’un de ceux qui ont adhéré à la convention de l’Union africaine sur la cybersécurité. Dans cette convention de Malabo, le chapitre 4 parle des données personnelles. Le Sénégal a pris en charge de façon effective la problématique de l’internet des objets de façon générale. A côté, il y a aussi la convention 108 du Conseil de l’Europe à laquelle le Sénégal a adhéré et bien d’autres», a cité M. Gaye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here