PARTAGER

Les élèves des classes de CM2 (cycle élémentaire) et de 3ème (cycle moyen) vont les 20 et 21 août courant se plancher sur les épreuves des examens du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) et celui du Brevet de fin d’études moyennes (Bfem). En prélude à ces 2 examens, les autorités administratives et scolaires, les partenaires et autres acteurs de l’école se sont retrouvés dans la salle des réunions de la préfecture, en Cdd, pour faire le point, exprimer les besoins divers et faire des recommandations.
Dans sa communication, l’Inspecteur départemental de l’éducation et de la formation (Ief) a révélé les chiffres suivants : «Il y a 6750 candidats pour le Cfee dont 3459 filles et 3291 garçons, donc plus de filles que de garçons.» Poursuivant sa communication, Déthiouck Samba a encore informé : «Pour le Bfem nous avons 2480 candidats dont 1068 filles et 1412 garçons, ici on a plus de garçons que de filles.» Soit, 43% de filles candidates au Bfem contre 57% de garçons. C’est pour insister sur la baisse du nombre de filles qui arrivent en classe de 3ème. Il ajoute : «Ceci doit être un motif de préoccupation pour qu’on en cherche les raisons et solutions.» Mais déjà, il en a délivré quel­ques-unes des raisons. A l’en croire, «il s’agit d’une résurgence dans cette localité de la division traditionnelle des tâches dévolues aux filles et aux garçons dans cette localité. On privilégie le mariage à la poursuite des études, etc.». A cette cause de déperdition, il faut ajouter les grossesses en milieu scolaire, grossesses qui surviennent généralement dans les classes de 6ème et de 5ème. Comme solution, l’inspecteur indique qu’il faut beaucoup de sensibilisation et montrer aux filles des modèles de réussite au féminin et leur parler de tous les gains que peut procurer une scolarisation poussée.

2453 candidats sans extraits
A la veille des examens du Cfee et du Bfem, le bureau des examens et concours de l’Ief a fait le point sur le nombre de candidats n’ayant pas d’extraits de naissance. C’est le patron de l’Ief qui en a fourni les chiffres au cours du Cdd, tenu mercredi à la Préfecture. Déthiouck Samba a déclaré : «2453 candidats sont sans extraits de naissance. Parmi lesquels 1210 filles et 1243 garçons (les 2 examens confondus).» Il en a même fait une répartition par commune. C’est la commune de Diaobé qui vient en tête par le nombre de candidats sans état-civil. «A Diaobé, 317 élèves sont sans extraits, 217 à Saré Coly Sallé, 262 à Kandia et puis 252 à Vélingara, chef lieu de département.» Toutes les 14 communes ont, chacune, leur lot de candidats sans ce document si précieux. Toutefois, l’inspection a rassuré qu’ils pourront se présenter aux examens en attendant de s’évertuer à trouver au niveau du Tribunal départemental, ce premier document d’identification.
Au cours d’un Cdd, le contexte de pandémie et la rigueur dans l’observance des mesures barrières est revenu dans toutes les interventions. L’adjoint du préfet, Mamadou Lamine Ngom, qui a présidé la rencontre, a insisté pour que chefs de centre, structures internes aux établissements et collectivités territoriales mettent la main à la pâte pour sécuriser les candidats et le personnel enseignant mobilisés pour ces examens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here