PARTAGER

Au 2e trimestre 2017, les prix des «matériaux de construction» ont connu une hausse de 1,6%. Ceux de «la main-d’œuvre» ont également progressé de 0,5%. Une situation qui entraîne, d’après l’Indice du coût de la construction (Icc) de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), une hausse de 1,3% du coût de la construction de logements neufs à usage d’habitation.

La tendance haussière de l’Indice du coût de la construction (Icc) se poursuit. Au second trimestre 2017, elle est caractérisée par une augmentation de 1,3%. Cette hausse, selon les collaborateurs de Ababacar Sadikh Bèye, directeur de l’Ansd, résulte de celle des prix des «matériaux de construction» et du coût de la «main-d’œuvre». Pour le renchérissement des matériaux de construction évalué à 1,6%, il est lié à celui des prix des matériaux de base, de menuiserie, ainsi que des matériaux pour les travaux d’électricité. La progression des prix des matériaux de base évaluée à 2,7% s’explique, d’après l’Agence nationale de la statistique et de la démographie, par la hausse des prix du fer de 7,2% et des graviers de 4,7%. En effet, indique ce démembrement du ministère des Finances, «l’appréciation des prix du fer, constatée au premier trimestre 2017, s’est poursuivie au cours du trimestre sous revue. Toutefois, la réduction des prix du ciment de 0,4%, comparativement au trimestre précédent, a atténué l’augmentation des prix des matériaux de base».
L’Agence souligne aussi que «les prix des matériaux de menuiserie se sont relevés de 0,5% par rapport au trimestre précédent, en rapport avec la montée des prix des articles métalliques de 0,8% et en bois rouge, 0,8%.  Les prix des matériaux d’électricité ont également progressé de 0,3% en comparaison au premier trimestre 2017, sous l’effet de l’appréciation des prix des interrupteurs de 2,2% et des réglettes de 1,3%».
Les prix des matériaux pour étanchéité n’ont pas été épargnés. Ils «se sont appréciés de 0,1% au deuxième trimestre 2017, en raison de l’accroissement des prix des enduits de 0,7%». Cependant, «les prix des matériaux de plomberie et sanitaire sont restés inchangés au deuxième trimestre 2017. En effet, la hausse des prix des coudes et tés en plastique de 1,1% est contrebalancée par la baisse des tuyaux en plastique de 0,4%».
En ce qui concerne les peintures et les matériaux de revêtement, leur coût a diminué. L’Ansd précise que «les prix de la peinture se sont repliés de 0,2% comparés au premier trimestre 2017, par suite du fléchissement des prix de la peinture à eau de 0,5%. Les prix des matériaux pour le revêtement des murs et sols se sont contractés de 0,1% sous l’effet de la réduction des prix des carreaux mur de 0,7%».
S’agissant de la «main-d’œuvre», son «coût s’est apprécié de 0,5%, comparativement au premier trimestre 2017, par suite de la hausse de la rémunération des services des maçons de 0,3%, de carrelage, 3,3%, du coffrage, 2,5% et de la plâtrerie, 8,8%».
Pour les «moyens de gestion», les statisticiens relèvent un recul de 0,6% du coût au cours de la période sous revue, en rapport avec la baisse des tarifs d’électricité de 4,8% et des coûts des communications téléphoniques de 3,6%. Le coût de «location du matériel», disent-ils, «a baissé de 0,4% en rythme trimestriel».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here