PARTAGER

Le gouvernement du Sénégal et des partenaires financiers, notamment la Banque mondiale et l’Agence française de développement (Afd), ont mobilisé deux milliards de francs pour la construction et l’équipement d’un centre de formation horticole dans la commune de Netteboulou.

Deux milliards de francs Cfa, c’est l’enveloppe prévue pour financer la construction et l’équipement du centre de formation en horticulture de Netteboulou. L’œuvre est de l’Etat du Sénégal accompagné par des partenaires financiers, notamment la Banque mondiale et l’Agence française de développement (Afd). Il s’agit, explique Bassirou Kane, de réaliser des ouvrages sur une superficie de 10 ha. A terme, détaille le responsable du volet construction au sein de l’Office national de la formation professionnelle (Onfp), 17 bâtiments vont être construits sur le site dont deux hangars. A ce jour, se réjouit-il, les 8 bâtiments ont atteint le niveau des linteaux. 5 ha sont aménagés pour abriter les différents bâtiments contre 5 autres prévus pour occuper le champ école. C’est sur cet espace que seront pratiquées les cultures par les élèves. Ce qui permettra d’avoir un champ pour l’application des connaissances théoriques acquises dans les amphis, explique toujours M. Kane. Dans les détails, il informe qu’il y aura dans le centre, une unité de conditionnement, 5 bâtiments pour les locaux pédagogiques, 1 suite de 12 chambres avec deux lits par chambre.
Sur le nombre d’élèves prévu, M. Kane soutient que ce travail va être confié à des professionnels du secteur de l’horticulture. Ces derniers, poursuit-il, auront en charge le ciblage et le recrutement des futurs pensionnaires. De toutes les façons, signifie-t-il, le centre aura une capacité d’accueil de 270 élèves. L’exécution des travaux est prévue pour une durée de 12 mois. Cependant, rassure-t-il, même si, il a été noté un léger retard dans le démarrage des travaux, toutes les dispositions sont aujourd’hui prises pour que les délais fixés soient respectés.
Le directeur de l’entreprise chargée de l’exécution des travaux, ajoutera,  «s’il le faudra, nous allons travailler de jour comme de nuit pour être dans les délais». Issa Signaté, maire de la commune quant à lui, dit toute sa joie d’abriter un tel bijou. C’est un important projet qui peut valoir à la commune, de réelles opportunités et même au pays tout entier, renchérit l’édile de la commune. Déjà, poursuit-il, des retombées du centre ont commencé à se faire sentir avec l’utilisation de la main d’œuvre locale dans l’exécution des travaux, mais aussi avec l’économie locale qui est en train de bouger. Il y a plus d’une centaine de personnes qui travaillent dans le centre, logent dans la commune et cela fait marcher beaucoup de secteurs, se réjouit le maire. Qui souhaite que tout se termine comme prévu au grand bénéfice de tout le monde.
Bassirou Kane assure aussi, que le centre de formation en horticulture situé dans la commune de Netteboulou, frontalière avec la Gambie, aura aussi une vocation sous-régionale. Des élèves et étudiants de la Gambie, de Guinée, Guinée-Bissau et de toute autre localité désireuse, pourront, s’ils remplissent les conditions, intégrer le centre, s’y faire former.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here