PARTAGER

Le Sénégal et la Corée du Sud ont signé hier un arrangement pour le financement d’un centre d’oncologie à Diamniadio. Selon le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, Amadou Hott, ce projet visant la prise en charge des personnes touchées par le cancer sera financé à hauteur de 50 milliards de francs Cfa.

Les personnes atteintes de cancer peuvent commencer à pousser un ouf de soulagement. En effet, le gouvernement du Sénégal et celui de la République de Corée ont procédé hier, au ministère de l’Economie, du plan et de la coopération, à la signature de l’arrangement relatif au financement du projet de construction d’un centre d’oncologie à Diamniadio. Selon le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, Amadou Hott, ce centre national d’oncologie, qui vient s’ajouter à «d’importants projets déjà mis en œuvre avec l’appui de la République de Corée, à l’instar du projet d’infrastructures de technologies d’information et de communication financé à hauteur de 14 milliards de francs Cfa et celui d’infrastructures et d’équipements maritimes (phase 1) d’un coût global de 30 milliards», sera mis en œuvre avec un financement sud-coréen d’environ 50 milliards de francs Cfa.
Le ministre rappelle que l’accord de financement relatif à ce projet avait été signé en mai 2018 à Busan, en Corée du Sud, en marge de la conférence sur la coopération économique entre l’Afrique et la Corée. M. Hott ajoute que «ce centre de dernière génération, qui sera érigé à Diamniadio, permettra d’assurer la prise en charge correcte des malades de cancer, d’offrir des soins de qualité et une formation de haut niveau, mais également de développer la recherche».
Le ministre de l’Economie, du plan et de la coopération a aussi évoqué le financement, sous forme de prêt concessionnel, du projet d’infrastructures et d’équipements maritimes (phase 2) qui a bénéficié d’une contribution d’EximBank Corée de 52 milliards de francs Cfa. Lequel projet qui vient renforcer la première phase, précise M. Hott, est axé sur l’acquisition d’une drague d’une capacité de 400m3/h, de navires de soutien au dragage et de la construction d’une unité de zone de stockage d’hydrocarbures à l’embarcadère et un système de chargement/déchargement dans le port de Ndakhon­ga, dans la région de Fatick.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here