PARTAGER

Compte tenu des tensions qui ont émaillé le processus électoral et le scrutin de 30 juillet dernier, le Réseau des observateurs citoyens du Sénégal (Resocit) exhorte l’ensemble des parties prenantes à faire «preuve de retenue» et à «s’abstenir d’alimenter la violence sous quelque forme que ce soit». «Nous souhaitons que toutes contestations se fassent devant les juridictions compétentes et non dans la rue et dans la violence», a dit Pr Babacar Guèye hier lors d’une conférence de presse. Sur les contentieux de Dakar entre Bby et Mts et entre Bby et Wattu senegaal à Touba, le coordonnateur de Resocit dit : «S’il y a des contestations, que les protagonistes le fassent devant les Cours et tribunaux, devant les juridictions compétentes pour qu’il n’y ait pas de lendemains troubles après les élections.» Le Resocit regrette les «dysfonctionnements» et les «manquements» notés dans le scrutin dont l’abondance des abris provisoires en zone urbaine ou encore les électeurs qui n’ont pas pu voter faute de carte d’électeur.
L’une des recommandations formulées par cette structure est la mise en place d’une Haute autorité indépendante de la démocratie qui s’occupera des élections, de la régularisation des partis politiques et du dialogue politique. «Cela permettra de restaurer la confiance entre les acteurs», souligne Pr Babacar Guèye qui constate que le ministère de l’Intérieur a «échoué» dans l’organisation du scrutin, la confection et la distribution des cartes d’identité biométriques.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here