PARTAGER

117 secrétaires généraux de coordination présents sur les 138 que compte le Ps ont validé, «sans contestation», le choix d’aller aux Législatives de 2017 dans le cadre de Benno bokk yaakaar. A Kha­lifa Sall- qui était présent- et ses hommes, le Ps a averti cette «minorité qui doit se soumettre à la majorité».

Ousmane Tanor Dieng a été réconforté samedi dans sa guerre à distance contre Khalifa Sall pour le contrôle du Parti socialiste (Ps). En Assemblée générale à la Maison du parti de Colobane, les responsables de coordination ont clamé haut et fort leur «fidélité» et leur «loyauté» au secrétaire général du Ps. Dans le huis clos de la salle du Bureau politique, tout présageait d’une telle issue. Les lieux sont peuplés de responsables, fidèles au maire de Nguéniène. Tour à tour, en cette matinée de samedi, débarquent Aïda Sow Diawara, Abdoulaye Wilane, Cheikh Seck, Alioune Ndoye, Mame Bounama Sall, Serigne Mbaye Thiam, Mamoudou Wane, entre autres. Vers 11h 30, Khalifa Sall s’y invite à bord d’un 4×4 blanc. Habillé d’un pantalon-jean et d’une jaquette bleu nuit, le maire de Dakar attise la curiosité. Ses proches comme Bamba Fall- ce dernier a démissionné du Bureau politique-, Barthélemy Dias, Idrissa Diallo brillent par leur absence.
Il sera suivi 15 minutes plus tard par Ousmane Tanor Dieng. Visage ferme, le président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) est accueilli par ses fidèles. Dans la salle, Khalifa Sall, lui, tente de lever des suspicions en discutant avec Serigne Mbaye Thiam et Tanor. Le temps pour les cameramen de prendre leur plan de coupe. Après le départ des médias, le maire de Dakar, en tant que responsable à la Vie politique, présente la situation politique au Sénégal et sur l’international. Avant l’ouverture des débats, il s’«excuse» pour se retirer pour «d’autres obligations». Interpellé dehors, il répond d’un ton ferme : «Je n’ai aucune déclaration à faire.»

«Les 117 coordinations ont réitéré leur fidélité à Tanor»
Il était question pour cette rencontre de parler du choix du Ps de cheminer avec Benno bokk yaakaar aux Législatives du 2 juillet 2017. Une décision que contestent des proches de l’édile de la capitale qui ont décidé de traduire la direction de leur parti en justice pour «faux et usage de faux». En l’absence de ses lieutenants, Khalifa Sall ne s’est-il pas retiré pour ne pas subir l’«affront» d’une pluie de louanges en direction de Ousmane Tanor Dieng ? «Les 117 secrétaires généraux de coordination présents ont tous, de façon unanime, réitéré leur fidélité et leur loyauté à Ousmane Tanor Dieng. Ils ont déploré les agissements de certains camarades», souffle un membre du Bureau politique présent à la rencontre. C’est le côté coulisse.
Et officiellement, Serigne Mbaye Thiam, secrétaire national aux Elections du Ps, a fustigé cette «minorité» qui conteste les décisions du parti. «Tous les responsables de coordination ont fustigé la démarche d’une minorité de responsables qui continuent d’entretenir des actions visant à saper l’unité du parti. La minorité doit se soumettre à la majorité. Nous espérons que cette minorité saura raison garder. Sinon, le parti prendra ses responsabilités», avertit-il, précisant que «le Ps ne se limite pas à un département».

bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here