PARTAGER

En attendant des poursuites pénales contre les dirigeants de la Senelec et de la société Akilee, le Congrès de la renaissance démocratique exige l’arrêt immédiat de l’exécution du contrat liant les deux entités. Abdoul Mbaye, Thierno Alassane Sall et Cie parlent de «grave délit d’initié».

Le contrat liant la Senelec à la société Akilee continue de faire débat. Et c’est le Congrès de la renaissance démocratique (Crd) qui y met son grain de sel et estime que ce contrat est «corrompu par un grave délit d’initié». Cette plateforme de l’opposition qui regroupe La République des valeurs, la Ld Debout, le mouvement Tekki, l’Act, entre autres, explique : «Présentée par le directeur général de l’époque (Ndlr : Makhtar Cissé) comme une filiale de la Senelec pour justifier en partie le contournement des dispositions relatives à la passation de marchés, Akilee n’en est pas une au sens strict des dispositions de l’Ohada, car la Senelec n’en détient que 34% du capital et non 51% au moins.» Thierno Alassane Sall, Abdoul Mbaye, Mamadou Lamine Diallo et Cie ajoutent dans un communiqué que «le contrat prévoit la vente à la Senelec de matériels (principalement des compteurs) et la fourniture de prestations». Et qu’en sus de cela, «il a été conclu de gré à gré et n’a pourtant pas fait l’objet d’un appel ouvert à la concurrence, ne respectant donc pas la législation et la réglementation relatives à l’attribution des marchés».
Le Crd considère en conséquence ces aspects du contrat «léonins et inadmissibles» et invite l’Etat à «engager des poursuites pénales contre les dirigeants de Senelec et ceux d’Akilee impliqués dans cette forfaiture» et à la justice à «identifier des délits de concussion et d’escroquerie manifestes». Et en attendant, les opposants demandent «l’arrêt immédiat de l’exécution du contrat» parce que, soulignent-ils, «le coût éventuel de cette rupture ne saurait atteindre le niveau des lourdes pertes que la Senelec devra subir du fait de la rente que le contrat crée au bénéfice d’Akilee». Mais dans tous les cas, le Crd regrette ce «énième scandale financier innommable, portant sur des centaines de milliards de francs Cfa» qui s’ajoute à la «longue série de ceux l’ayant précédé, laquelle apparaît désormais comme constitutive de l’Adn du régime de Macky Sall».

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here