PARTAGER

Le Bac général se tiendra le 17 juillet prochain. Il sera précédé du Bac technique prévu le 2 juillet. Les épreuves d’anticipées de philosophie auront lieu demain sur toute l’étendue du territoire. Parlant des  candidats au Bac, le directeur de l’Office du Bac informe qu’ils seront au nombre de 157 687 qui tenteront de décrocher ce premier diplôme universitaire. En prélude à la tenue de l’examen, le professeur Sossé  Ndiaye a informé des dispositions prises pour que ces examens se passent dans la totale transparence. Il annonce  le renforcement des mesures de  l’année dernière  pour «sécuriser» les sujets de l’épreuve de cette année. «Nous espérons que ces mesures donnent des résultats», a soutenu le nouveau patron de l’Office du Bac hier en conférence de presse dans les locaux du ministère de l’Ensei­gne­ment supérieur.
Attirant l’attention sur l’existence d’un phénomène qui est la «vente de fausses fuites», M. Ndiaye s’en explique. «Vous devez faire attention aux fausses fuites. Ce qui se passe, il y a des vendeurs de sujets. Des gens qui vous disent : ‘’Ça c’est le sujet qui va sortir en mathématiques.’’ Et ces gens ont toujours raison, lorsque le sujet sort et ne correspond pas aux sujets vendus, ils vont dire : ‘’Pourtant c’était ça.’’ L’explication qu’ils vont donner, c’est que vous étiez assez bavards. Les gens ont découvert, ils ont changé. Nous mettons en garde les parents et les enfants de faire attention aux vendeurs de fausses fuites qui, pour des raisons purement pécuniaires, leur vendent ça», prévient le directeur de l’Office du Bac.
Revenant sur les fuites de l’année dernière, le professeur Sossé Ndiaye dégage toute responsabilité de l’Office du Bac. «Ce qui s’est passé l’année dernière, moi je n’étais pas là. Mais il n’y a aucun sujet sorti de l’Office du Bac pour aller entre les mains d’un candidat ou d’une tierce personne. Par contre, au niveau des établissements, il y a un endroit où les enveloppes ont été ouvertes. Et c’est au niveau des établissements où il y a eu l’ouverture de cantines et d’enveloppes. C’est ce qui a permis de donner des sujets à des personnes avant l’heure», argumente celui qui brandit l’interdiction de l’usage des téléphones portables par les candidats. Ceux qui s’écartent de cette disposition «sont exclus de l’examen du Bac», à en croire le patron de l’Office du Bac. Des mesures ont été prises pour trouver une solution aux lenteurs administratives qui étaient à la base du retard de paiement des indemnités des correcteurs, indique M. Ndiaye.
ambodji@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here