PARTAGER

Le budget du ministère du Travail, du dialogue social, des organisations professionnelles et des relations avec les institutions a été voté avant-hier sans débat. Toutefois, dans le rapport du budget, remis à la presse, il est écrit que le ministre du Travail, Samba Sy, «appelle à un effort collectif pour trouver une solution au phénomène des jeunes filles âgées de 10 à 12 ans, engagées dans la vente de sachets d’eau glacée et d’autres petits biens dans les rues à des heures tardives». Il répondait ainsi aux députés qui réclamaient les dispositions prises pour mettre fin à l’exode de ces filles-là. Hormis cette demande, on re­marque dans le document que les parlementaires ont soulevé d’autres préoccupations. Elles concernent les grèves annoncées par les syndicats dans le secteur des transports terrestres et dans celui de la santé, la situation des travailleurs du Théâtre national Daniel Sorano, «qui n’ont pas reçu leurs salaires depuis 2 mois», etc. Quid des grèves ? M. Sy tente de rassurer : «Pour amoindrir ces crises, le ministère chargé du Travail, ampliataire des préavis de grève, dispose de mécanismes comme le Pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique et les saisines préventives.»
Par rapport à la situation des travailleurs de Sorano, il informe que sur les 450 millions de francs inscrits dans la Loi de finances 2017 pour les frais de personnel, «il reste un montant de 112,5 millions mobilisables pour faire face aux arriérés de salaires». Il va plus loin. «Le gouvernement reste disposé à accompagner le Théâtre national Daniel Sorano afin d’éviter de fâcheux développements pour cette institution qui a valu à notre pays bien des satisfactions.»
S’agissant des cotisations sociales prélevées sur les salaires du personnel des collectivités locales et non automatiquement renversées à l’Institution de prévoyance retraites du Sénégal (Ipres), le ministre promet de s’en ouvrir au Directeur général de la Comp­tabilité publique et du trésor, «afin que des dispositions de correction soient prises».
Le budget de ce ministère est arrêté au montant de 3 265 734 180 francs Cfa contre 3 008 704 240 francs Cfa en 2017, soit une hausse de 8,54%.
mfkebe @lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here