PARTAGER

Les acteurs du transport ont été en conclave dans les locaux de la gouvernance de Diourbel pour échanger sur la gestion du Fonds Covid-19 dédié au sous-secteur des transports routiers. Lors de cette réunion, l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, Baboucar Moundor Ngom, a fait savoir que des gares routières de la région bénéficieront d’une enveloppe de 34 millions de francs Cfa.

«La crise liée au Covid-19 a impacté presque tous les secteurs de l’économie notamment le transport, raison pour laquelle l’Etat du Sénégal a dégagé une enveloppe destinée à appuyer les acteurs. Chaque région a reçu sa notification. Pour Diourbel, on a un montant de 34 millions destiné non seulement aux gares officielles mais aussi à quelques gares dites flottantes.» C’est du moins les explications de l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, qui a présidé la rencontre. Ainsi, Baboucar Moundor Ngom a tenu à indiquer qu’ils ont listé les gares routières concernées, tout en précisant le montant prévu pour chacune d’entre elles. En ce sens, M. Ngom de signaler : «Les gares routières de Diourbel, Bambey, Mbacké et Touba auront respectivement 8 millions de F Cfa, 4 millions, 5 millions et 10 millions de F Cfa.»
L’autorité administrative a aussi ajouté que les garages de Ndindy et Ndondole auront chacun 2 millions et ceux de Kaël, Taïf et Ndam partageront la somme de 3 millions de francs. L’adjoint au gouverneur de région n’a pas ainsi manqué de préciser que ledit montant n’est pas encore disponible.
Revenant sur les conditions d’enrôlement des chauffeurs et transporteurs, le chef de la Division régionale des transports de Diourbel, Valdiodio Ndiaye, a fait savoir que les acteurs intéressés devront s’inscrire en ligne et déposer un dossier au service des mines. Et, «sur les 9502 inscriptions en ligne enregistrées par le ministère des Transports terrestres, 971, soit 10%, proviennent de la région de Diourbel. Le service des mines de Diourbel n’a encore reçu que 188 dossiers», a-t-il détaillé.
La rencontre a servi de prétexte aux professionnels du transport pour saluer cet appui de l’Etat, même s’ils disent constater des impairs dans la reprise du trafic inter-urbain relativement aux problèmes des manifestes à remplir avant chaque voyage et au port du masque, pas souvent respecté par les passagers.
Sur ce, le président du regroupement des chauffeurs et transporteurs de Diourbel, Serigne Sall, a rappelé que les trois derniers mois ont été très difficiles pour eux. Mais, poursuit-il, «c’est une situation que l’on ne peut pas imputer à l’Etat. Mais, si le Gouver­nement décide de nous venir en aide à travers ce fonds, on ne peut que le magnifier. Depuis le début de cette crise, les transporteurs n’ont jamais réclamé quelque chose».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here