PARTAGER

Khalifa Sall multiplie les recours. Après le pourvoi en cassation, il a saisi hier la Chambre administrative de la Cour suprême aux fins d’annulation du décret qui a mis fin à ses fonctions de maire de la capitale.

Plus de deux mois après sa révocation à la tête de la mairie de Dakar, Khalifa Sall a finalement attaqué hier le décret présidentiel. «Ce lundi 5 novembre 2018, Khalifa Ababacar Sall, représenté par ses avocats, a déposé devant la Cour suprême une requête aux fins d’annulation pour excès de pouvoir du décret n°2018-1701 du 31 août 2018 portant révocation du maire de la Ville de Dakar», informe un communiqué signé par son conseiller politique. Selon Moussa Taye, M. Sall a pris «cette décision de principe pour dénoncer la violation manifeste du Code général des collectivités territoriales par le président de la République et pour protéger les collectivités territoriales contre les coups de force du régime en place». Il ajoute qu’«aujourd’hui plus que jamais, il reste déterminé à poursuivre le combat pour le respect de la loi et continuera à exercer toutes les voies de recours pour obliger le pouvoir actuel à se soumettre au droit, avec l’espoir que la justice sénégalaise sera indépendante et impartiale».
Au lendemain de la confirmation de sa peine par la Cour d’appel, M. Sall a été révoqué par décret présidentiel et c’est son premier adjoint qui a été élu. Et Moussa Taye de dire : «Le fait d’avoir fait élire Madame Soham El Wardini dans les fonctions de nouveau maire, contre la velléité du pouvoir en place de s’accaparer de la Ville de Dakar, est la preuve parfaite que le recours contre le décret illégal de révocation est, exclusivement, un combat de principe.» Il conclut que «désormais, Khalifa Ababacar Sall consacre toute son énergie à l’élection présidentielle du 24 février 2019». Election à laquelle le député entend participer puisqu’il est candidat à la candidature et mise particulièrement sur la capitale pour obtenir le nombre de parrainage requis.
L’ancien maire de Dakar a été condamné en mars dernier à une peine de 5 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 5 millions francs Cfa dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Une peine confirmée par la Cour d’appel le 30 août dernier. Du résultat de son pourvoi en cassation dépendra sa participation à l’élection présidentielle du 24 février.

Association internationale des maires francophones :  Khalifa Sall élu «membre d’honneur»
Il n’est plus maire de Dakar, mais Khalifa Ababacar Sall a été élu hier, selon Manko taxawu senegaal, «membre d’honneur» de l’Association internationale des maires francophones (Aimf), à l’occasion de la 87ème session du bureau de ladite association. «Lors de sa séance du 5 novembre 2018 à Lille, le bureau, unanime, a souhaité vous témoigner de son affectueuse amitié. Il a insisté sur votre dynamisme, sur votre engagement en faveur de la reconnaissance des pouvoirs locaux et pour les valeurs prônées par notre association et il a tenu à vous décerner la qualité de membre d’honneur de l’Aimf», lit-on dans un communiqué rapportant «un message du bureau de l’Aimf adressé à Khalifa Ababacar Sall». Pour la coalition, cette nomination est une marque de «soutien» et de «reconnaissance» à leur ancien Secrétaire général «pour ses contributions à la promotion de la bonne gouvernance, de la décentralisation et du développement local au Sénégal, en Afrique et dans le monde francophone».

hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here