PARTAGER

Le ministère de l’Economie, des finances et du plan a signé hier avec l’Agence française de développement,  trois nouveaux accords de financement d’un montant total de 32,5 milliards de francs Cfa dont 13 milliards 100 millions de francs Cfa en don accordé par l’Union européenne. Ces financements sont destinés à renforcer l’agriculture dans le Sud-est du pays, la formation numérique du personnel administratif et l’assistance technique pour le suivi technique de la réalisation du Ter.

Amadou Ba, ministre de l’Economie, des finances et du plan a signé hier avec Christophe Bigo, ambassadeur de France au Sénégal pour le compte de l’Agence française de développement (Afd), trois nouvelles conventions de financement de trois projets dont le cumul total est de 49,5 millions d’euros dont 20 millions accordés par l’Union européenne, soit 32,5 milliards de francs Cfa. Le premier accord relatif  au Projet de développement agricole et de sécurité alimentaire dénommé Tiers Sud bénéficie d’un financement de 16,39 milliards. Il interviendra dans les départements de Vélingara, Tambacounda et la région de Kédougou. Cet appui de l’Afd vise la réalisation d’investissements permettant la modernisation, la diversification et l’extension  des activités des exploitations agricoles et des organisations professionnelles dans des filières agricoles et pastorales à fort potentiel visant des effets d’entrainement  significatifs sur l’économie du monde rural.  Le Tiers Sud ambitionne également, l’augmentation des superficies aménagées et la production agricole céréalière pour réduire la dépendance du Sénégal aux importations. Il s’agit aussi de l’amélioration de la compétitivité des filières agricoles et de la résilience des exploitations agricoles. S’y ajoute la promotion de l’insertion des jeunes et des femmes dans l’agriculture, notamment la commercialisation des produits agricoles. Enfin, le projet vise l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations des départements concernés. Pour ce faire, il est envisagé la réalisation d’un périmètre irrigué de 1200 ha dans le bassin de l’Anambé pour la production du riz, l’aménagement ciblé de 500 ha de bas-fonds et la réhabilitation de 100 km de pistes. «Ces travaux devraient permettre une augmentation de production annuelle céréalière de 13 mille tonnes de riz, 10 mille tonnes de bananes,  500 tonnes de maïs», explique-t-on dans communiqué de l’Afd. Le document mentionne qu’environ 300 mille personnes des 20 communes ciblées bénéficieront d’une amélioration de leurs revenus et près de  20 mille membres des ménages les plus vulnérables verront leur situation nutritionnelle s’améliorer.

29 conventions de financement signées
Le deuxième accord concerne le projet Innov’compétence. Il bénéficie d’une subvention de 1,31 milliard avec comme finalité de contribuer à la formation continue des cadres de la fonction publique centrale et territoriale au Sénégal et dans la sous-région à travers la formation à distance. Il s’agit entre autres, de mettre en place l’environnement technique nécessaire à la création d’une offre de formation à distance, produire une offre pédagogique innovante et former les compétences nécessaires à son déploiement, promouvoir la formation à distance. «A travers ce projet, l’Ecole nationale d’administration aura l’opportunité d’offrir, via cette plateforme, sept modules de formation visant surtout les agents de l’Administration publique sénégalaise et de la sous-région dans le cadre de la mise en œuvre de l’application des nouvelles directives de l’Uemoa relatives aux finances publiques», a dit Amadou Ba.
La troisième convention est destinée au projet d’assistance technique pour le suivi technique de la réalisation du Train express régional (Ter).
Les trois conventions de financement marquent, selon le ministre de l’Economie, des finances et du plan, un nouveau jalon de la coopération économique et financière entre la France et le Sénégal.
La signature des présentes conventions porte ainsi le nombre de conventions de financement signées avec la France à 29, pour un montant total d’environ 487,4 milliards francs Cfa, faisant de ce pays ami et frère, l’un des premiers partenaires de l’Etat du Sénégal en matière de coopération au développement, précise Amadou Ba.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here