PARTAGER

De 2013 à 2017, le total des opérations approuvées par la Banque africaine de développement (Bad) en faveur du Sénégal s’élève à 598,7 milliards de francs Cfa contre 670 milliards de francs Cfa approuvés entre 1972, année d’approbation de la première opération, et 2012.

Le portefeuille de la Banque africaine de développement (Bad) au Sénégal, malgré la persistance de quelques contraintes récurrentes dans la mise en œuvre des projets, a connu des performances durant ces cinq dernières années. De 2013 à 2017, le nouveau responsable pays de l’institution financière multinationale de développement, Serge N’Guessan, qui était hier à sa première participation à la revue conjointe de la coopération entre la Bad et le Sénégal, a estimé «le total des opérations approuvées au cours de cette période à 598,7 milliards de francs Cfa contre 670 milliards sur la période 1972 à 2012», c’est-à-dire 40 ans. Ainsi souligne-t-il pour s’en féliciter, le portefeuille national a triplé en 4 ans. Un accroissement lié surtout à «l’approbation de projets transformateurs d’envergure sur le guichet Bad public, notamment le Train express régional (Ter), le Programme de modernisation des villes (Pro­moville), la Route nationale 2 et le désenclavement de l’île à Morphil».
Selon M. N’Guessan, «de 1972, année de d’approbation de la première opération au profit du Sénégal, à ce jour, la Bad a approuvé un total de 101 opérations en faveur du Sénégal pour un montant cumulé de plus de 1300 milliards de francs Cfa.
Le total des engagements en cours s’élève à 669 milliards avec 29 opérations composées de projets du secteur public national, de projets régionaux et d’opérations du secteur privé.
Le portefeuille de projets nationaux actifs comprend 18 opérations pour un volume total net d’engagements de 502 milliards de francs Cfa».
La Bad appuie également les efforts d’intégration régionale du Sénégal. Ainsi indique le responsable pays de la banque, «le Sénégal bénéficie de 6 opérations multinationales pour un montant total de 61 milliards de francs Cfa couvrant le secteur des infrastructures, de l’agriculture et la gouvernance.
En ce qui concerne les activités du guichet secteur privé, le groupe de la Bad totalise au titre de ses engagements pour le Sénégal ; 106 milliards de francs Cfa finançant des projets phare tels que la construction de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, l’aéroport international Blaise Diagne, les centrales de Kounoune et de Sendou».

1300 milliards approuvés de 1972 à 2017
Sur la période 2014-2018, la Bad avait promis de mobiliser 400 milliards pour le financement du Pse. A ce jour, annonce Serge N’Guessan, elle a déjà mobilisé 474 milliards de francs Cfa, soit 120% de son engagement initial. Et les projets prévus en 2018 viendront renforcer cette massive mobilisation, dit-il.
L’amélioration continue des performances du portefeuille, explique Amadou Ba, «est le résultat d’efforts combinés de la Bad et de l’ensemble des structures nationales concernées». Mais, précise le ministre de l’Economie, des finances et du plan, «il n’en demeure pas moins que des efforts restent encore à fournir sur certaines questions» récurrentes.
Du côté du gouvernement, une attention particulière devra être portée sur l’accélération de la mise en œuvre des opérations et de leur taux de décaissement ; la mise en disponibilité à temps de fonds de contrepartie des projets, entre autres. Quant au partenaire technique et financier, un accent particulier devra être mis sur la réduction du délai d’octroi de non-objections, le suivi régulier de la mise en œuvre du plan d’actions, notamment le plan de passation de marchés et le plan de décaissement mensuel de chaque projet mis en place au niveau du bureau…
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here