PARTAGER

La Banque sud-africaine de développement (Dbsa) a tenu hier son sommet de l’investissement à Dakar. Le choix du Sénégal s’explique par son potentiel de croissance économique et son emplacement stratégique pour le commerce dans la région ouest-africaine. Pour ce premier sommet de la Dbsa au Sénégal, il s’agit d’explorer des solutions pour accélérer la mise en place des infrastructures nécessaires au Sénégal. Ainsi, les discussions ont porté sur les secteurs de l’énergie, du transport, de la communication, de l’eau et de l’assainissement.
Il s’agit là d’une opportunité d’investissement pour Thierno Sy. «ce sommet qui nous réunit est d’une grande importance dans la mesure où il explorera des solutions ayant pour objectif d’accélérer le développent d’infrastructures nécessaires au Sénégal, comme prévu dans le plan Sénégal émergent», a dit le Directeur général de la Banque nationale pour le développement économique (Bnde) hier à l’ouverture du Sommet.
La Société africaine de raffinage (Sar) a été choisie pour être accompagnée dans la mise à niveau mais aussi dans l’installation d’oléoducs pour conduire  le pétrole qui sera exploré en mer jusqu’à l’usine. Ce qui nécessite des infrastructures. «Je suis satisfait de cette coopération qui va nous permettre de mettre à niveau la Sar», s’est réjoui M. Sy. Outre la Sar, le secteur de l’éducation est en train d’être exploré dans le cadre de ce partenariat, pour accompagner l’Etat dans la finition de son projet d’absorption des abris provisoires. S’y ajoute la mise à niveau des équipements de santé. «Cette coopération va nous permettre de pouvoir renforcer le positionnement de la Bnde en tant que banque de développement économique», a expliqué le banquier. «La Bnde est une banque et une Pme, mais tant que les Pme ne sont pas dans un environnement avec des infrastructures qui les permettent de se développer, elles ne se développeront pas. Il faut en amont que la Bnde puisse intervenir. N’ayant pas assez de ressources, la Dbsa va nous donner ces ressources avec des maturités très longues avec des taux concessionnaires», a détaillé M. Sy.
Selon le directeur de Cabinet du ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, Alioune Ndiaye, le sommet devrait permettre de passer en revue l’état de la coopération entre le Sénégal et l’Afrique du Sud, en vue d’explorer les voies et moyens de la renforcer et l’améliorer pour l’offrir en exemple de coopération sud-sud réussie qui pourra changer la perception que le Nord a souvent de l’Afrique comme continent assez risqué. La coopération économique a permis un crédit de plus de 70 milliards d’investissement au Sénégal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here