PARTAGER

«Ne pas jouer avec le feu» : c’est la mise en garde adressée par Pyongyang à Washington et Séoul. La Corée du Nord réagit avec vigueur au lendemain des manœuvres militaires des Etats-Unis et de la Corée du Sud menées en réponse au premier test de missile balistique intercontinental de Pyong­yang effectué le 4 juillet.
C’est l’organe officiel du parti unique au pouvoir, le Rodong Sinmun, qui se charge de porter le message à Washington et Séoul : «ne jouez pas avec le feu sur un baril de poudre», écrit l’éditorialiste du quotidien le plus lu de Corée du Nord, avant de poursuivre : «Avec leur dangereuse provocation militaire, les Etats-Unis font progresser le risque d’une guerre nucléaire sur la péninsule vers un point de basculement.»
Les tensions dans la région sont fortes depuis que la Corée du Nord a procédé à son premier test de missile balistique intercontinental, le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. L’engin s’est écrasé en mer du Japon, mais il avait une portée de plus de 5 500 km, suffisante donc pour atteindre les côtes de l’Alaska.
La réponse américaine n’a pas tardé : trois jours plus tard, des bombardiers américains et des avions sud-coréens ont lancé des manœuvres, présentées comme une «réponse sévère» à de potentiels lancements de missiles par le Nord.
A travers son journal, le pouvoir nord-coréen adresse une sévère mise en garde et brandit la menace d’un conflit de grande ampleur : «Une simple mauvaise évaluation ou une er­reur, écrit le quotidien, peut immédiatement conduire au déclenchement d’une guerre nucléaire, qui entraînera inévitablement une autre guerre mondiale.»
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here