PARTAGER

Environ 3700 personnes sont confinées pour au moins quatorze jours dans leurs cabines d’un bateau de croisière ancré au large de Yokohama, au Japon, après la découverte de plusieurs cas de coronavirus à bord.

Depuis lundi soir, le Diamond Princess est immobile au large de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo. Ses 3700 passagers et membres d’équipage ont l’interdiction absolue de débarquer. Cette mesure a été prise après qu’un cas de coronavirus a été détecté à Hong Kong chez une personne qui s’était auparavant trouvée à bord. Deux cent soixante-treize vacanciers ont été examinés par les médecins, soit parce qu’ils toussaient ou avaient de la fièvre, soit parce qu’ils avaient été en contact étroit avec ce Hongkongais. Les résultats des 31 premiers tests ont permis de détecter une dizaine d’infections supplémentaires. Les malades ont été hospitalisés, et tous les autres passagers placés en quarantaine pour une durée de 14 jours. Pour éviter des infections supplémentaires à bord, les passagers ont reçu l’instruction de rester confinés dans leurs cabines pendant cette quarantaine.
Les télévisions japonaises suivent l’événement avec passion, rapporte notre correspondant à Tokyo, Bruno Duval. Elles affrètent des hélicoptères pour faire des images en tournoyant au-dessus du navire. Et depuis des petits bateaux à moteur, leurs reporters interviewent à tue-tête des croisiéristes souriants, prenant le soleil sur la terrasse de leurs cabines. A en juger les vidéos que certains passagers ont postées sur les réseaux sociaux, l’ambiance à bord est bonne malgré cette quarantaine. L’opinion nippone applaudit cette mesure de précaution. Dans les sondages, huit Japonais sur dix se disent inquiets par la propagation du virus.

Situation similaire à Hong Kong
Pendant ce temps à Hong Kong, 3600 personnes, passagers et membres de l’équipage, sont retenues mercredi à bord d’un autre bateau de croisière, le World Dream, pour passer des tests médicaux, après trois cas de coronavirus détectés chez de récents passagers du navire. «Aucun passager ou membre d’équipage n’est autorisé à débarquer» tant que les autorités sanitaires locales n’auront pas donné leur feu vert, a expliqué mercredi Leung Yiu-hong, un responsable sanitaire hongkongais. Plus de vingt pays ont confirmé des cas d’infection par le coronavirus. Cette pneumonie virale a déjà tué 490 personnes en Chine continentale, selon le bilan annoncé mercredi matin par les autorités chinoises, qui ont aussi fait état de plus de 24 300 contaminations dans le pays.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here