PARTAGER

Ne pas communiquer ou communiquer mal ne veut pas dire ne pas avoir pris la mesure du danger et poser des actes qui siéent. Dès l’annonce de l’épidémie, le chef de l’Etat, le Président Macky Sall, a très tôt compris lui-même «l’urgence de santé publique» en convoquant d’urgence le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr, donné des instructions en direction de la mise en place d’un dispositif national, pris contact avec l’ambassadeur du Sénégal en République Populaire de Chine et le secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Moïse Diégane Sarr. Le tout, dans le silence et à l’abri des regards.
Depuis l’annonce de «l’urgence de santé publique de portée internationale» faite par l’Oms le 29 janvier 2020, le Sénégal a accéléré la cadence avec les autorités chinoises, ses représentations diplomatiques en Chine, le secrétariat national des Sénégalais de l’extérieur, l’ambassade de Chine à Dakar et le ministère de la Santé pour que les étudiants sénégalais établis à Wuhan, ville du centre de la Chine et foyer de l’épidémie du coronavirus, puissent bénéficier d’une assistance d’urgence et d’un accompagnement convenables, en attendant le processus de rapatriement ou en tout cas une solution idoine.
Parmi les premières mesures prises par le président de la République, Se Macky Sall – dans la confidence – la diligence des représentations diplomatiques en Chine et à Wuhan en particulier pour avoir des informations précises sur le nombre, la composition et l’état de santé des Sénégalais qui y sont établis. Parallèlement, le chef de l’Etat mène une double action portant sur la mise sous bonnes conditions de nos compatriotes pendant que le ministre de la Santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, engage la réflexion sur les stratégies mises en place pour la prévention de l’épidémie du coronavirus au pays. Il en résulte le dispositif national porté à la connaissance de l’opinion par le ministre Abdoulaye Diouf Sarr mercredi. Ce dispositif part – pour synthétiser – de la prévention de la population locale à une prise en charge médicale si par malheur un fils du pays attrapait le coronavirus, en passant par la possibilité de rapatriement de nos jeunes concitoyens de Wuhan, leurs conditions de mise en quarantaine, sous quinzaine, le temps d’observation si cela était acté…
Les dispositifs de l’épidémie d’Ebola (plus contagieux) en bandoulière, l’Etat du Sénégal lance la sécurisation des postes d’entrée du territoire national avec notamment la mise en place de dispositif dernière génération au niveau de l’aéroport Blaise Diagne de Dakar (des caméras thermiques pour prendre la température des passagers au contrôle des passeports). A cela s’ajoutent le nombre important de structures de santé nationales impliquées dans le dispositif (Samu, Institut Pasteur, Service des maladies infectieuses…), une bonne formation préparatoire et la mise en place d’un organigramme de gestion et de coordination pour une bonne organisation.
Nos compatriotes de Wuhan au cœur des préoccupations du Président Macky Sall depuis le début.
Il faut que les Sénégalais fassent attention à une frange de l’opposition qui saisit la moindre occasion pour jeter le discrédit sur l’Etat et tente de le mettre à mal avec le Peuple. Ces manipulateurs n’ont même pas conscience du danger qu’ils provoquent en fomentant l’instabilité, la haine entre compatriotes. En de telles circonstances, la solidarité doit être de mise pour permettre à tous les Sénégalais – sans exception – de l‘intérieur comme de l’extérieur d’être dans les meilleures conditions de tranquillité d’esprit et de sécurité sanitaire. Le Président Macky Sall et son gouvernement sont les premiers responsables et garants de notre sécurité sanitaire et ils en sont conscients. Ils n’ont jamais dérogé à leurs devoirs et ont déjà pris toutes les dispositions nécessaires face au coronavirus comme ce fut le cas avec Ebola. Justement, l’expérience de la gestion sénégalaise de l’épidémie d’Ebola, plus contagieuse, doit être un argument de confiance. Le Président Macky Sall et son gouvernement sont conscients que le danger sera pour tout le monde. Le coronavirus ne choisit pas ses victimes en fonction des classes ou catégories sociales, ou encore socioprofessionnelles.
Le secrétariat d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur et les représentations diplomatiques en Chine ont mis en place un système de veille et d’assistance permanente au profit des Sénégalais de Wuhan. Dans la confidentialité, le président de la République, Se Macky Sall, avait déjà diligenté ces services précités pour apporter un appui financier à chaque étudiant, à hauteur de 1 000 dollars, pour leur permettre de faire face au renchérissement des denrées de première nécessité. Et ce, attendant que le plan de rapatriement dans les conditions sanitaires idoines qui n’expose personne. Ni entre eux, encore mois aux Sénégalais qu’ils vont retrouver au pays.
Le Sénégal dispose des capacités à faire face au coronavirus, comme ce fut le cas avec Ebola
Surpris par le coronavirus comme tous les pays du monde, y compris la Chine, le Sénégal avait besoin de temps pour mettre en place son dispositif. Aussi bien préparé qu’on puisse être par rapport à des catastrophes sanitaires éventuelles, le coronavirus a ses spécificités qu’il importe de prendre en considération pour ne pas exposer la majorité des populations. Il faut que les Sénégalais (au pays) prennent conscience également des conditions devant entourer le rapatriement et qui relèveraient de leur sécurité sanitaire à eux et à leurs familles. Loin d’être une question financière, le rapatriement requiert des normes de sécurité pour préserver la santé des personnes à rapatrier, du personnel d’appui bien préparé, de l’équipage, mais aussi celle de nos populations que les rapatriés retrouveront sur place, en l’occurrence nous les Sénégalais vivant au pays.
Le rapatriement nécessite donc un avion adéquat, le respect logistique et pratique des normes sécuritaires du voyage, les mesures de protection appropriées des passagers, la mise en place des centres d’isolement dédiés (choix d’emplacement, équipements, ressources…).
Aujourd’hui, on ne peut rien reprocher à l’Etat du Sénégal si ce n’est une erreur de communication, puisque toutes les mesures sont déjà prises alors que le pays n’a encore enregistré le moindre cas de personne infectée, ni à l’intérieur et encore moins chez nos compatriotes à Wuhan. Alors, restons sereins, unis et surtout intelligents pour déjouer les «manipulateurs politiques» ! Fédérons nos forces et prières pour que non seulement Dieu nous préserve tous autant que nous sommes de cette épidémie, nous du Sénégal, nos frères  et sœurs des autres pays, mais qu’il assiste et soulage également ceux du monde entier qui ont eu la malchance de croiser le chemin du coronavirus !
Cheikh Mbacké SENE
Convergence des Cadres Républicains

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here